Le vice-président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, Walid Mouallem, a reçu ce matin l’émissaire spécial de l’Onu pour la Syrie, Geir Pederson, et la délégation qui l’accompagne.

Les deux parties ont discuté des questions en suspens au sujet de la formation du Comité constitutionnel et des mécanismes de son action de façon qui lui permettre d’accomplir son rôle conformément à des procédures claires et déjà approuvées, et loin de toute ingérence extérieure.

A LIRE : Antonio Guterres annonce la création d’un comité constitutionnel

La rencontre était positive et constructive et les points de vue ont été identiques sur le fait que le peuple syrien seul qui a le droit de diriger le processus constitutionnel et que les Syriens décideront de leur avenir sans aucune ingérence ni pression externes.

Mouallem a réaffirmé l’engagement de la Syrie au processus politique, réitérant sa disposition à poursuivre sa coopération avec l’émissaire spécial afin de faire réussir sa mission visant à mener à bien le dialogue syro-syrien afin de parvenir à une solution politique sous une direction syrienne, en parallèle avec l’exercice de son droit légitime et juridique à la lutte contre le terrorisme conformément au droit international, à la Charte des Nations unies et à toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité ayant trait à la Syrie.

Pour sa part, Pederson a fait un aperçu sur les résultats des réunions qu’il a tenues au cours de la période précédente, appréciant les progrès réalisé dans le processus politique et affirmant qu’il est prêt à déployer tout effort pour contribuer à mener à bien le dialogue syro-syrien et réaliser les résultats souhaités.

Etiquette: ;