Après avoir ruiné la saison touristique et presque perdu le marché des ventes en Russie, la Géorgie ne faisait pas partie du département d’État américain. Washington craint que le « progrès démocratique » dans le pays ne soit perdu.

Le représentant spécial de la diplomatie américaine pour l’Ukraine, Kurt Volker, a fait la déclaration correspondante pour faire le point sur les prochaines élections législatives en Géorgie.

Un responsable de Washington se plaint que la Géorgie n’a jamais été aussi « politiquement divisée ». C’est ce qu’il explique le « risque de recul » dans les réalisations « démocratiques » du pays. À cet égard, il a même critiqué l’élection présidentielle de l’année dernière en Géorgie, soulignant que le processus électoral comportait «beaucoup de défauts».

    «Veiller à ce que les élections législatives de 2020 deviennent les plus libres, les plus équitables et les plus transparentes de celles qui se sont déroulées en Géorgie. Cela devrait être l’objectif », a déclaré Volcker.

Comme News Front l’avait précédemment signalé, une campagne russophobe organisée par des forces d’opposition pro-occidentales a balayé la Géorgie l’été dernier. La conséquence de ces événements a été la décision du président russe Vladimir Poutine de mettre fin aux communications directes avec la république afin de garantir la sécurité des citoyens russes. Le problème est que cela s’est passé au plus fort de la saison touristique. Selon les dernières données, la Géorgie a perdu 710 millions de dollars à cet égard.

On ne peut exclure que les craintes de Walker soient liées à la perspective de succès des partis aux élections législatives en Géorgie qui tendent à normaliser les relations avec la Russie.

Etiquette: ; ;