L’ancien chancelier autrichien, Sebastian Kurtz (ÖVP), met en garde contre une nouvelle vague de réfugiés.

«Je ne pense pas seulement que quelque chose se prépare. Mais j’ai le sentiment que nous sommes en partie responsables de cela en Europe », a-t-il déclaré au journal Bild.

Le chef du Parti populaire autrichien a critiqué l’Espagne et l’Italie pour leur «tournant dans la politique de migration». Le fait que les deux pays aient rouvert leurs ports pour migrants était un mauvais signal pour les navires en Afrique.

Dans le même temps, Kurtz a également critiqué l’initiative du ministre fédéral de l’Intérieur, Horst Seehofer (CSU), de répartir un quatrième migrant sauvé de la Méditerranée en Allemagne.

Voir aussi : Les États-Unis renforcent leur présence militaire en Pologne

« Si les gens sont sauvés en Méditerranée, nous devons tout faire pour les renvoyer dans leurs pays d’origine », a souligné Kurtz.

Dans le même temps, il a exprimé sa satisfaction devant le fait que la Grèce et la Bulgarie ont donné le signal de contrecarrer la « vague d’Europe centrale ».

Cependant, il a refusé les négociations avec le président turc Recep Tayyip Erdogan pour une nouvelle assistance aux réfugiés. Cela donnerait à Erdogan l’impression qu’ils détiennent des États européens.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ; ;