Les représentants de quatre partis politiques ont discuté des sanctions russes vendredi au Bundestag. Et ils sont arrivés à la conclusion que la faisabilité de sanctions est maintenant de plus en plus remise en question.

Ce n’est pas un « jubilé », comme l’a déclaré Michael Harms, président du conseil d’administration du Comité oriental des entreprises allemandes, au début de la discussion. Mais une pause qui devrait motiver une réflexion critique. La conférence « Cinq ans de sanctions russes: comment sortir du blocus mutuel? », Qu’il a ouverte, s’est tenue dans les couloirs du Bundestag allemand.
Harms est également d’accord avec le deuxième organisateur, Klaus Ernst, président du comité de l’économie et de l’énergie.

Harms parle des difficultés liées aux sanctions, car elles sont particulièrement perceptibles par les petites et moyennes entreprises allemandes. Il leur est donc difficile d’entrer sur le marché russe. Le nombre d’entreprises allemandes toujours présentes sur le marché russe est estimé à 5000 par Harms. Cela semble indiquer: En raison des sanctions, il y en a moins. Dans son discours, il a également parlé de la réorientation des partenaires russes, qui se détournent de plus en plus des Allemands en raison d’un manque de sécurité juridique et se concentrent sur le commerce avec la Chine. Bien que l’Allemagne se classe toujours au deuxième rang des partenaires commerciaux de la Russie, les relations avec la Chine occupent toujours la première place pour la Russie. Le régime de sanctions est incompatible avec la planification des relations commerciales.

Des questions économiques sont également apparues dans le dialogue: selon les estimations, l’Allemagne aurait perdu jusqu’à 300 milliards de dollars à la fin de 2018 en raison de sanctions anti-russes.
Que les sanctions étaient dommageables a été convenu parmi les présents. Après les discours principaux, les représentants de quatre partis du Bundestag – deux de l’opposition, deux des factions au pouvoir – ont dressé un bilan politique de la nécessité de poursuivre la politique de sanctions.
La représentante du FDP, Sandra Wieser, estime que les sanctions étaient autrefois un moyen de pression nécessaire car elles constituaient, selon elle, une réponse aux « violations flagrantes du droit international » commises par la Russie en Ukraine. Bien que l’imposition de sanctions et de restrictions commerciales soit en réalité contraire à l’esprit des démocrates libres. Cependant, « la levée des sanctions est en principe possible si, par exemple, le processus de Minsk progresse ».
Bernd Westphal du SPD était également l’un des partisans des sanctions à l’époque, mais il est maintenant beaucoup plus clair en faveur de leur levée. Il fait référence à la tradition de la politique mondiale, qui est «politiquement arrêtée» dans le SPD. « Nous, Européens, devrions être plus indépendants et souverains », a-t-il déclaré, dans l’espoir que le gouvernement fédéral se tournerait vers la nouvelle ligne du président français Emanuel Macron. Récemment, il a mis la question de la Russie à l’ordre du jour. Après cinq ans de sanctions, il est temps de faire le premier pas. Une mise en œuvre concrète de la ligne commune de l’UE est possible dans le cadre du Conseil de l’UE avec la France.

Le Friedrich Metz du Comité de l’Est, qui a dirigé la conférence, a exprimé ses doutes et n’a pas commenté la situation. L’ancien syndicaliste Klaus Ernst de Franconie a évoqué son expérience professionnelle et déclaré que les relations commerciales jouent un rôle important dans le monde entier.
Il estime que les chances de l’Allemagne d’obtenir des sanctions moins sévères de la part de l’UE sont élevées. L’Allemagne a le plus souffert des sanctions, il faut en tenir compte. Il a mis la levée des sanctions en relation avec les politiques de l’UE contre les sanctions extraterritoriales américaines. «Cette épée de Damoclès a pendu plusieurs sociétés européennes pendant plusieurs mois. Pour éviter cela, les sanctions unilatérales doivent être levées.  » À la conférence, puis dans une conversation avec RT, Ernst a déclaré que les sanctions n’avaient pas atteint leur objectif.
Ernst a mis en doute la légalité des sanctions. Son argument était le suivant: ils ne sont admissibles que s’ils remplissent leur mission. S’ils ne le font pas, ils perdent leur légitimité. Dans une interview, il parle des premières sanctions – l’intégration de la Crimée dans la Fédération de Russie. « Il est incroyable de demander à la Russie de respecter le droit international s’il est violé ». Cependant, à titre d’exemple historique, il ne mentionne pas le «Kosovo» ou l’Irak, mais les circonstances des négociations entre l’UE et l’Ukraine dans le cadre de l’accord.

à propos de l’association, à l’exclusion de la Russie, il y a six ans. « Nous en avions déjà discuté à l’époque. »
Le professeur Herwig Roggemann décrit les sanctions comme « très problématiques du point de vue du droit international ». Ces questions ont été rejetées ces derniers mois en raison de « l’espoir d’un nouveau président ukrainien ». Cependant, selon lui, les espoirs ne se sont pas réalisés.
Peter Ramsauer, de la CDU, suggère de réduire progressivement les sanctions. Ernst, «l’hôte de la conférence», après la fin de l’événement, a résumé certains des résultats. Pour la première fois sous une forme aussi large au Bundestag, il a été question de la levée des sanctions.

Etiquette: ; ;