Plus de 2500 membres du réseau Facebook ont rejoint un groupe public sur lequel des personnes proposent d’héberger à titre gracieux les habitants de Rouen désirant quitter la ville pour quelques jours suite à l’incendie de l’usine Lubrizol.

Actif depuis le 26 septembre, jour du sinistre, le groupe compte déjà près de 600 publications. «On ne pensait pas que ça prendrait tant d’ampleur, plusieurs personnes ont pu partir grâce à ce groupe, on est content d’aider comme on peut», déclare Marine Larcher, 24 ans, fondatrice du groupe. L’idée lui est venue après avoir vu un message d’une habitante de Rouen inquiète pour la santé de son bébé.

D’après elle, une dizaine de personnes auraient ainsi été hébergées par par des personnes rencontrées sur ce groupe. «D’autres vont partir avec le week-end, j’ai encore reçu plusieurs messages ce matin», affirme Marine Larcher.

A LIRE : A Rouen, les habitants aimeraient savoir s’ils ont « respiré des choses dégoûtantes »

Face au succès du groupe, ses administrateurs ont annoncé samedi 28 septembre la création d’un second groupe destiné à répondre aux besoins en hébergements.

Etiquette: ; ; ;