Le chef du gouvernement britannique a déclaré que si l’UE refusait de négocier un nouvel accord, la Grande-Bretagne se retirerait de l’UE sans traité.

Mercredi 2 octobre, le Premier ministre britannique Boris Johnson dévoilera sa dernière proposition concernant l’Union européenne concernant le Brexit et précisera que si Bruxelles n’accepte pas cette proposition, la Grande-Bretagne ne poursuivra pas ses négociations et partira le 31 octobre, rapporte l’agence Reuters.

Dans son discours de clôture à la conférence annuelle du Parti conservateur, Johnson adoptera une position dure à l’égard du Brexit, offrant aux partisans du parti les premiers détails de ce qu’il appelle son « compromis juste et raisonnable ».

Johnson, qui a déclaré que la Grande-Bretagne quitterait le bloc le 31 octobre, a déclaré à la conférence qu’il enverrait sa proposition à Bruxelles, essayant de conclure un accord pour faciliter la sortie du pays et éviter une sortie potentiellement dévastatrice sans accord.

« Mes amis, j’ai bien peur qu’après trois ans et demi, les gens commencent à avoir le sentiment d’être confondus avec des imbéciles. Ils commencent à soupçonner que dans ce pays il y a des forces qui ne veulent tout simplement pas que le Brexit se réalise du tout », dit l’extrait. Discours de Johnson publié par son bureau.

Voir aussi : Nord Stream-2 a des lobbyistes influents au Congrès américain

«Faisons le Brexit le 31 octobre pour que notre pays puisse passer à autre chose en 2020», a-t-il déclaré.

La proposition consiste à remplacer le prétendu «dispositif de sécurité» – un mécanisme destiné à empêcher le retour d’une frontière trop étroite sur l’île d’Irlande – qui constituait le principal obstacle à la conclusion d’un accord avec Bruxelles.

« Le gouvernement va soit négocier un nouvel accord, soit ne pas conclure d’accords », a déclaré le chef du gouvernement britannique, soulignant qu’il n’avait pas l’intention de travailler avec un accord urgent.

Un peu plus tôt, le Parlement européen avait approuvé le report du Brexit et avait averti que la responsabilité du dur Brexit incomberait entièrement au gouvernement britannique.

Comme vous le savez, une loi adoptée par le Parlement est entrée en vigueur en Grande-Bretagne, aux termes de laquelle le gouvernement est obligé de demander à l’UE un nouveau report du Brexit si Londres et Bruxelles ne se mettent pas d’accord sur un nouvel accord de retrait avant le 19 octobre.

Les médias britanniques ont rapporté que Johnson avait l’intention d’ignorer la nouvelle loi et qu’il était prêt à se battre pour l’obtenir devant les tribunaux.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ; ; ;