Suite aux subventions illégales versées à Airbus, l’OMC a autorisé Washington à sanctionner le Vieux continent. Paris promet des «mesures de rétorsion» , en concertation avec l’Union européenne, si Washington applique les sanctions contre des produits européens.

«Évidemment nous prévoirons des mesures de rétorsion» contre les États-Unis, en concertation avec l’Union européenne, si Washington applique courant octobre les sanctions contre des produits européens annoncées le 2 octobre, a indiqué jeudi la porte-parole du gouvernement français Sibeth Ndiaye.

«C’est au niveau de l’Union européenne que nous devons regarder cela», a-t-elle souligné sur BFMTV et RMC, au lendemain de l’annonce par les États-Unis de droits de douanes punitifs à venir sur ces produits.Interrogée sur ce que pourraient être les mesures de rétorsion, elle a remarqué qu’«à ce stade on est dans une menace des Américains» et «pas dans la réalisation» de ces menaces, et a refusé de s’avancer sur la forme qu’elles pourraient prendre.

«Nous avons toujours dit devant l’OMC que nous considérions qu’il vaut mieux trouver des solutions amiables plutôt que s’engager dans des conflits commerciaux», a insisté Mme Ndiaye.

Elle a plaidé pour «discuter avant d’en arriver là», en estimant qu’«en 10 jours on peut faire beaucoup de choses». Mais, «s’ils ne sont pas dans une attitude d’apaisement, l’Europe ne se laissera pas faire», a-t-elle mis en garde.

Etiquette: ; ; ;