Pour le journal espagnol ABC, ainsi que pour certains experts algériens en matière de défense, l’exercice tactique réalisé par deux submersibles algériens de type Kilo 636 a propulsé la marine de ce pays parmi le nombre restreint des forces navales capables «de lancer des attaques au sol par missile depuis des sous-marins».

L’exercice effectué dimanche 29 septembre par la marine algérienne et consistant à détruire des cibles terrestres avec des missiles de croisière Kalibr de type Club-S, tirés depuis deux sous-marins Kilo 636 récemment achetés à la Russie, dénote d’une grande percée technologique. Ainsi, l’Algérie est devenue «le seul pays dans la Méditerranée, aux côtés d’Israël», à disposer d’une telle capacité dissuasive, analyse le journal espagnol ABC.

«La marine algérienne a effectué un bond qualitatif dans sa force de dissuasion en se positionnant comme le seul pays dans la Méditerranée, aux côtés d’Israël, avec la capacité de lancer des attaques au sol par missile depuis des sous-marins», affirme le média, soulignant que «même la France ne dispose pas pour l’instant de cette capacité de lancer des missiles tactiques depuis ses sous-marins».

Dans le même sens, le rédacteur de l’article, Esteban Villarejo, spécialiste des questions de défense, a ajouté que «le bond qualitatif de l’Algérie est évident car dans le monde, outre Israël dans la Méditerranée, seuls les États-Unis, la Russie, la Chine, la Corée du Nord et le Royaume-Uni disposent de cette capacité de lancer des missiles depuis un sous-marin pour détruire des cibles au sol».

Etiquette: ; ;