Des pogroms dans des magasins, des bâtiments administratifs et des stations de métro, des incendies criminels et des affrontements violents avec la police, cela a marqué la nouvelle vague d’émeutes qui a balayé Hong Kong.

La raison des manifestations cette fois était l’interdiction du port du masque par les manifestants, initiée par la maire de Hong Kong, Carrie Lam.

Après le déchaînement des radicaux, des institutions culturelles, un certain nombre de succursales bancaires et de stations de métro ont été fermés dans la ville.

Voir aussi : Washington terrorise le Venezuela mais accuse Moscou de déstabiliser l’Amérique latine

« Un certain nombre de banques aujourd’hui ne fourniront pas de services en termes de succursales en cas d’actes de vandalisme et de violation des liaisons de transport », a déclaré le département de la monnaie de Hong Kong dans un communiqué. « Nous exprimons l’espoir que les banques seront en mesure de reprendre la fourniture de services dès que possible. »

Depuis hier soir, le métro a cessé de fonctionner à Hong Kong. Lors des pogroms organisés par les radicaux dans les gares, le personnel a été contraint de fuir. MTR Corporation, l’opérateur ferroviaire, ne précise pas dans quel délai le trafic ferroviaire reprendra. Ils notent qu’il est d’abord nécessaire d’évaluer les dommages causés et de procéder à des travaux de réparation.

En outre, le ministère des Transports a signalé que les radicaux avaient détruit plus d’une centaine de feux de signalisation, ce qui avait entraîné des embouteillages. Il est à noter que le trafic est extrêmement difficile sur la route en direction de l’aéroport.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ;