L’université franco-tunisienne de l’Afrique et de la Méditerranée (Uftam), qui doit délivrer des diplômes français et tunisiens, a officiellement ouvert ses portes vendredi dans la banlieue sud de Tunis.

L’Uftam, université franco-tunisienne de l’Afrique et de la Méditerranée, a été inaugurée aux abords de Tunis, a annoncé le ministre tunisien de l’Enseignement supérieur, espérant que l’établissement pourra «incarner le renouveau» des rapports entre les deux pays.

«L’Uftam est là pour incarner le renouveau de la relation franco-tunisienne en matière de savoir et de recherche. Je pense que cela va être le projet phare pour les prochaines années», a indiqué Slim Khalbous, ministre tunisien de l’Enseignement supérieur lors de l’inauguration.

Présente pour l’occasion, la ministre française de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal, citée par l’AFP, a affirmé que ce projet académique devait permettre de «co-construire de nouveaux diplômes […] au service d’un objectif qui est la Méditerranée, l’Afrique, le développement économique, l’employabilité».

L’établissement, qui accueille 200 étudiants pour sa première année universitaire 2019-2020, propose des diplômes de grade master en «expertise économique des politiques et projets de développement» ou en «gestion de l’environnement», ainsi que des formations en génie informatique, traitement du signal, automatique, énergie, électronique et télécommunication.Visant à attirer des étudiants subsahariens, méditerranéens et français, l’université basée à El Mourouj, dans la banlieue sud de Tunis, veut «répondre à un double défi: combattre le fort taux de chômage des jeunes en renforçant leur employabilité, tout en répondant aux besoins du tissu socio-économique tunisien», d’après le site de l’Uftam.

En février 2018, le Président Emmanuel Macron avait annoncé la création de l’Uftam lors d’une visite d’État en Tunisie, qui doit accueillir le sommet de la francophonie en 2020. L’université «illustre la volonté des deux pays de constituer en Tunisie un hub régional d’enseignement supérieur», indique le site internet.

L’Union générale des étudiants de Tunisie et l’Union des étudiants communistes ont accusé, dans un communiqué publié en juin 2019, les gouvernements français et tunisien de «favoriser l’implantation d’universités étrangères et privées sur le territoire tunisien, en concurrence et au détriment des université publiques».

Etiquette: ; ;