La France a condamné samedi l’envoi d’un nouveau navire de forage turc dans les eaux territoriales de Chypre, un « geste inamical« susceptible de conduire à »une escalade des tensions » dans la région, a-t-elle mis en garde.

« L’arrivée d’un nouveau navire de forage turc dans la zone économique exclusive (ZEE) chypriote constitue une violation de la souveraineté la République de Chypre et du droit international », a déclaré un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

« C’est un geste inamical, de nature à favoriser une escalade des tensions en Méditerranée orientale », a-t-il averti.

Selon Nicosie, la Turquie a envoyé le navire de forage Yavuz au bloc 7 de
sa zone économique exclusive (ZEE) et plateau continental, or les licences
d’exploitation de cette zone ont été attribuées aux géants énergétiques
français et italien, Total et Eni.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a eu « l’occasion d’aborder cette situation avec son homologue chypriote » et « lui a fait part de la pleine et entière solidarité de la France », a poursuivi le porte-parole adjoint.

« Le Conseil affaires étrangères (de l’Union européenne, ndlr) du 14 octobre
sera appelé à examiner ces développements et les conséquences à en tirer, dans
le prolongement de ses conclusions du 15 juillet dernier », a-t-il également
relevé.

La découverte ces dernières années de gigantesques gisements gaziers en
Méditerranée orientale a aiguisé l’appétit de Chypre, qui rêve de devenir un
acteur énergétique majeur.

Mais la Turquie, dont l’armée occupe le tiers nord de l’île, s’oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources qui excluraient cette partie de Chypre, où vivent les Chypriotes-turcs.

Ces derniers mois, Ankara a envoyé trois navires de forage au large de
Chypre malgré des avertissements de Washington et de l’UE qui a adopté à la
mi-juillet une série de mesures politiques et financières visant à sanctionner
la poursuite de ces forages.

Etiquette: ; ; ; ;