Le président irakien Barham Saleh a appelé lundi 7 octobre à «cesser l’escalade» après une semaine de violences ayant fait une centaine de morts, disant souhaiter «un dialogue national sans ingérence étrangère» pour satisfaire les demandes des manifestants.

Dans un discours télévisé en soirée, le chef de l’Etat a estimé que «ceux qui ont tiré sur les manifestants pacifiques et les forces de l’ordre sont les ennemis du peuple» et appelé à mettre en place des mesures pour éviter «le recours à la force excessive», que l’armée a reconnu avoir utilisée dans un quartier de Bagdad.

Etiquette: ;