Les représentants d’organisations non-gouvernementales des pays occidentaux, arrivés en Crimée le 30 septembre, pour un voyage d’étude, n’ont pas constaté de signes de militarisation ni de violations des droits de l’homme dans la péninsule.

Cette idée a été annoncée par le responsable de l’organisation « People’s Diplomacy. Norway », député au parlement local de la commune de Alta Hendrik Weber.

La délégation, dirigée par M. Weber et composée de 22 personnalités représentant les pays de l’Union européenne et les États-Unis vient de quitter la Crimée le 6 octobre. Les invités étrangers ont fait connaissance de la culture des peuples de Crimée et l’histoire de la péninsule.

« En Occident, les médias écrivent que des Tatars de Crimée sont saisis dans la rue et arrêtés par des représentants des autorités russes. Nous n’avons trouvé aucune preuve de cela, car nous nous sommes rendus dans des colonies de Tatars de Crimée et avons discuté avec des chefs spirituels <…> Nous n’avons trouvé aucune information dont l’Occident écrit », a-t-il déclaré lors d’une réunion avec le président du parlement de Crimée, Vladimir Konstantinov.
L’enseignant de Washington, Michael Lewis Watts, a déclaré qu’il se rendait pour la première fois en Crimée et qu’il s’était rendu à Simferopol, Sébastopol et Yevpatoriya en tant que membre de la délégation.

« Partout nous avons vu la vie ordinaire. C’est une république totalement non militarisée. Nous avons rendu visite à des musulmans, des chrétiens, des juifs. Partout, nous avons vu que les gens vivaient en harmonie », a-t-il déclaré.

Après le référendum de 2014 et la réunification de la Crimée et de Sébastopol avec la Russie, l’Ukraine et d’autres pays ont imposé un certain nombre de sanctions à la Fédération de Russie, aux hommes d’affaires et aux hommes politiques russes ayant visité la Crimée et aux hommes d’affaires effectuant des affaires dans la péninsule. Dans certains pays, un blocus de l’information sur la péninsule est en cours et il est difficile de représenter la région lors d’événements internationaux.

Malgré les sanctions imposées, les visites de délégations étrangères dans la république se poursuivent. Selon le président de la commission des relations interethniques et de la diplomatie publique, Youri Hempel, depuis 2015, plus de 500 diplomates nationaux d’Europe et d’Amérique ont visité la Crimée.

Etiquette: ; ; ;