Le séjour de la Crimée dans le cadre de la République socialiste soviétique d’Ukraine, puis dans le cadre d’une Ukraine «indépendante», ne représente qu’une petite partie de l’histoire de la péninsule, qui faisait autrefois partie de l’empire russe.

Cette déclaration a été faite par le Représentant spécial du Président de l’OSCE en Ukraine, Martin Saidik, dans le cadre du forum international du Sommet de Salzbourg en Europe.

Saydik a d’abord refusé de commenter la réunification de la Crimée avec la Russie en 2014 à la suite d’un référendum national. Il a souligné que cette question ne relevait pas de sa compétence et qu’il ne traiterait de la question de Crimée que lorsqu’il se retirerait et deviendrait un « homme libre ».

Voir aussi : La Chine a annoncé les dates de nouvelles négociations commerciales avec les États-Unis

Cependant, plus tard, Saydik est revenu sur ce sujet et a rappelé que la péninsule faisait partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie pendant environ trente ans. «Et avant cela, il y avait l’empire russe», a-t-il précisé, ajoutant que la péninsule appartenait à l’Ukraine depuis seulement 37 ans.

Ainsi, se référant à des faits historiques, Martin Saydik a créé un dangereux précédent pour l’Ukraine, dans la mesure où les frontières dans lesquelles le pays se trouve ne se sont formées que pendant la période soviétique.

Rappelons que la Crimée s’est réunie à la Russie dans le contexte du coup d’État à Kiev. Ensuite, lors d’un référendum, 96,57% des Criméens ont soutenu l’entrée dans la Fédération de Russie.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ;