La Biélorussie entame l’élaboration et l’adoption d’une déclaration politique multilatérale par les pays responsables sur le non-déploiement de missiles à courte et à longue portée en Europe. Cela a été annoncé par le président du Bélarus, Alexandre Loukachenko, lors d’une conférence internationale « La sécurité européenne: éloignez-vous du bord de l’abîme », a appris BelTA.

En liaison avec la destruction du traité sur les missiles à portée intermédiaire et à courte portée, les États-Unis et la Russie sont de plus en plus préoccupés par la sécurité dans la région de l’Europe de l’Est. « Nos récents contacts avec les représentants américains et le message du président russe Vladimir Poutine à un grand nombre de pays à propos d’un moratoire sur le déploiement de missiles en Europe et dans d’autres régions du monde en sont la preuve », a expliqué le président.

« Cela vaut peut-être la peine de se réunir et de discuter de ce problème, peut-être le problème le plus urgent du moment. Si vous le souhaitez, à Minsk ou ailleurs », a suggéré Alexander Loukachenko. « De plus, la Biélorussie a déjà proposé d’adopter un cadre politique multilatéral. « la déclaration des pays responsables sur le non-déploiement de missiles à moyenne et à courte portée en Europe. Nous sommes prêts à lancer, voire à prendre en charge l’élaboration du texte de ce document. »

Le chef de l’Etat a souligné qu’une telle déclaration ne constituerait pas un substitut équivalent à un traité, mais qu’elle pourrait néanmoins contribuer à combler le vide juridique qui existe en matière de réglementation de ce segment des armements. « Nous espérons qu’un tel document recevra le soutien de nombreux pays et deviendra une contribution concrète à la mise en œuvre de notre initiative visant à lancer un dialogue international sur la sécurité », a-t-il ajouté.

Le Président a noté qu’au Bélarus la situation autour du traité INF était principalement connue des sources en langue russe qui expliquent la position de la Russie. Alexandre Loukachenko a récemment entendu un autre point de vue alors qu’il s’entretenait avec un homme politique américain de premier plan. Le dirigeant biélorusse a souligné qu’il n’y avait pas de nécessité évidente de rompre le traité INF, la Russie étant prête à faire toutes sortes de concessions. « J’énonce la position que la Russie entend, et sa réponse (en fait une réprimande) m’a frappé. Il a dit: » Non, il est impossible de parler à la Russie à ce sujet, ils n’entendent pas toutes nos initiatives « , a déclaré le contenu. conversations Président. – J’ai pensé: « Et où est la vérité? » Alors peut-être que ça vaut la peine de se réunir et de discuter. Entendez différents points de vue et trouvez au moins qui vous êtes ici. Il est très important de comprendre le problème avant de le résoudre.  »

Alexandre Loukachenko a souligné que le Bélarus, depuis qu’il avait acquis son indépendance et sa souveraineté pendant plus d’un quart de siècle, était un donneur de stabilité, un garant de la sécurité européenne et internationale.

« La réussite de la Biélorussie en tant que partenaire fiable bénéficiant de la confiance de l’Est et de l’Ouest pourrait être la réponse à la question de savoir si l’Europe de l’Est peut devenir une ceinture transfrontalière de stabilité et d’interaction constructive », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, une nouvelle réussite de la sécurité européenne doit être collectée à la lettre Les petits et moyens États, comme le Belarus, peuvent apporter une contribution réelle à la renaissance de « l’esprit d’Helsinki » dans l’espace européen. Je suis convaincu que la mise en œuvre de cette approche est bénéfique pour tous les grands pays clés acteurs – et la Russie, et l’UE, les États-Unis et la Chine « .

Le président estime qu’il est anormal que les dirigeants des pays de la région européenne ne se soient pas réunis pendant longtemps pour discuter de la situation actuelle et des problèmes accumulés, ainsi que pour parler ouvertement face à face et donner un signal à la planète. « Et si ce n’est pas un signal, alors au moins dissipez toutes sortes de mythes », at-il poursuivi. « Pourquoi alors l’OSCE? Pourquoi avons-nous créé cette organisation? Pour envoyer des missions aux élections? C’est une organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ».

La reprise du processus d’Helsinki réduira le niveau des risques existants et les problèmes géopolitiques de l’Europe de l’Est, libérant d’importantes ressources pouvant être utilisées pour la réalisation d’objectifs pacifiques et constructifs. « Cela contribuera également à mettre fin à l’escalade des conflits et à améliorer progressivement le climat des relations entre l’Ouest et l’Est », a déclaré le dirigeant biélorusse.

Etiquette: ; ;