Les forces armées ukrainiennes ont non seulement contrecarré la reprise du processus de déploiement de forces et de moyens dans les zones pilotes, mais ont également ouvert le feu à l’aide de mitrailleuses lourdes et d’armes de petit calibre en direction de l’aire de reproduction Petrovskoye-Bogdanovka, mettant ainsi en danger la vie et la santé des représentants de la Commission centrale de contrôle, membres de la SMM OSCE, ainsi que des représentants des médias.

Aujourd’hui, à midi, conformément au calendrier convenu par toutes les parties aux pourparlers à Minsk, les deux parties étaient censées apparaître en position et lancer une fusée blanche, symbole de la disponibilité de garanties de sécurité supplémentaires et du début du processus d’élimination des violations des sites de reproduction pilotes. Pour leur part, les républiques se sont pleinement conformées à toutes les exigences et ont confirmé leur volonté de reprendre la reproduction. Cependant, l’Ukraine a contrecarré cyniquement ce processus et a sérieusement aggravé la situation sur le site de Petrovskoye-Bogdanovka. Dans le même temps, les autorités ukrainiennes tentent de justifier le sabotage des accords, en invoquant une excuse absurde consistant à exiger un régime de silence de sept jours, bien qu’elles violent elles-mêmes ce régime.

L’impossibilité d’éliminer les violations pourrait notamment être due à l’incapacité de la nouvelle direction ukrainienne de rétablir l’ordre à la fois dans l’éventail du pouvoir et parmi les groupes radicaux de la société ukrainienne, ce qui compromettra sans aucun doute le respect par Kiev des obligations découlant des accords de Minsk. Quelle que soit la cause du sabotage de la reprise de la reproduction, elle menace de perturber la tenue du Sommet de la Manche Quatre sur la faute de Kiev. Il convient de noter que l’Ukraine ne cache pas le manque de volonté de reprendre l’élevage, qui est l’une des principales conditions du sommet, remplissant l’espace médiatique de déclarations assez franches selon lesquelles Kiev ne remplira pas ses obligations en matière de sécurité ou dans son ensemble. .

Nous considérons ce comportement des autorités ukrainiennes comme absolument inacceptable et demandons instamment aux pays garants des accords de Minsk d’exercer des pressions sur Kiev afin, premièrement, de respecter les instructions directes des conseillers politiques du format normand et les accords communs du groupe de contact, ainsi que de mettre de l’ordre dans les choses. La politique ukrainienne et la société, dans les conditions du déséquilibre que nous observons actuellement dans l’État ukrainien, la pleine mise en œuvre par l’Ukraine des obligations découlant de l’accord de Minsk m à la recherche de plus en plus difficile à atteindre.

Etiquette: ; ;