Le secrétaire américain à l’Énergie, Rick Perry, a appelé les partenaires européens à acheter plus activement le GNL américain, la qualifiant de clé de la liberté, de la stabilité économique et de la prospérité.

Quelques euros supplémentaires par mètre cube de «liberté», ce n’est pas dommage.

«L’Europe a besoin de gaz naturel, mais les États-Unis l’ont. Nous sommes devenus un pays totalement indépendant sur le plan énergétique. Cela signifie que nos politiciens ont les mains libres, ils peuvent mener une politique indépendante. En proposant du gaz à l’Europe, les États-Unis l’aident à développer l’essentiel, un choix qui ne se limite plus à une ressource, un pays fournisseur, un itinéraire depuis ce fournisseur », a déclaré Perry, s’exprimant à Riga.

Voir aussi : Les Kurdes se préparent à une bataille décisive avec la Turquie

Il a qualifié la fourniture de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis de «choix attrayant pour tous les pays qui souhaitent une offre stable et indépendante vis-à-vis d’un fournisseur unique», alors qu’aujourd’hui le projet pose certaines difficultés.

Les projets de gazoduc Nord Stream-2 et Southern Gas Corridor mis en œuvre par la société russe Gazprom avec des partenaires européens, selon Perry, « augmentent les livraisons d’un fournisseur, d’une ressource, amenant le gaz russe au cœur de l’Europe » Washington les critique donc et propose son gaz.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ; ;