La Turquie a annoncé vendredi qu’un premier soldat avait été tué lors de combats contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie, où Ankara a lancé une opération militaire cette semaine.

«Notre frère d’arme est tombé en martyr le (jeudi) 10 octobre dans un affrontement contre des terroristes des YPG dans la zone de l’opération Source de Paix», a affirmé le ministère turc de la Défense dans un communiqué. Trois soldats ont par ailleurs été blessés, a indiqué le ministère, sans autre précision.

Il s’agit des premières victimes annoncées par la Turquie dans le cadre de son opération «Source de Paix» déclenchée mercredi dans le nord-est de la Syrie. Cette offensive vise la milice kurde des YPG, soutenue par les Occidentaux dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), mais qu’Ankara considère comme un « groupe terroriste » en raison de ses liens avec un groupe armé kurde qui livre une guérilla sur le sol turc, le PKK.

Jeudi, de violents affrontements ont opposé les militaires turcs et leurs supplétifs syriens aux YPG. Plusieurs villes frontalières turques ont par ailleurs été touchées par des salves de roquettes et d’obus tirées par les YPG.

Selon les autorités locales turques, sept civils, dont un bébé, ont été tués et environ 70 blessés par ces projectiles dans les provinces turques de Sanliurfa et Mardin, frontalières de la Syrie. L’offensive turque contre les YPG ouvre un nouveau front dans un conflit qui a fait plus de 370.000 morts et des millions de réfugiés depuis 2011.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, une ONG, au moins 29 combattants des forces kurdes et 10 civils ont été tués par les frappes aériennes et les tirs d’artillerie de l’armée turque depuis mercredi.

Etiquette: ; ;