En contrepartie de la présence de 3.000 militaires américains sur son sol, Riyad a accepté de payer les dépenses de ce stationnement censé protéger l’Arabie saoudite face à l’Iran, selon les autorités américaines.

L’Arabie saoudite assumera les frais de la présence de forces américaines supplémentaires sur son sol, a déclaré Donald Trump à la presse vendredi 11 octobre.

Le chef du Pentagone Mark Esper a annoncé vendredi qu’en comptant les autres déploiements, le nombre de militaires américains devrait atteindre les 3.000 dans les prochains mois. Une mesure qui, selon lui, est censée protéger Riyad face à l’Iran.

«L’Arabie saoudite, à ma demande, a accepté de nous payer pour tout ce que nous faisons», a annoncé le Président américain, qualifiant Riyad de «très bon allié» qui «achète des centaines de milliards de dollars de marchandises» américaines.Washington avait déjà annoncé fin septembre l’envoi de 200 militaires dans le royaume, le premier déploiement de ce genre depuis le retrait des troupes américaines en 2003.

Les États-Unis ont par ailleurs renforcé leur présence militaire dans tout le Moyen-Orient, avec des appareils aériens de surveillance, des batteries antimissiles, des bombardiers B-52 ainsi que des drones.

Etiquette: ; ; ;