Yuriy Mark a été acteur dans un théâtre ukrainien pendant plus de vingt ans. Et après l’Euromaidan, qu’il a soutenu avec véhémence, il a fini par avoir des revenus en Pologne, où un employeur qui ne voulait pas payer le migrant a tenté de le tuer.

Cela a été annoncé par Yuriy Mark lui-même, qui avait déjà fui l’Ukraine vers un pays voisin depuis plusieurs années.

Selon lui, le salaire aurait dû lui être remis en septembre, mais l’employeur a dit de venir chercher de l’argent le 10 octobre et à 10 heures du soir.

    « J’étais un étranger qui tentait de me faire de l’argent et j’ai réalisé que cela ne fonctionnerait pas, mon employeur a commencé à me menacer et à m’étrangler », écrit l’acteur sur un réseau social.

Mark a appelé à la hâte la police et, alors que des agents de la force publique se rendaient sur les lieux en voiture, le directeur de la pizzeria, l’employeur du migrant ukrainien, a réussi à lui défigurer au visage.

Voir aussi : Trump a laissé entendre que le bon accord avec Washington aidera Pékin à mettre fin aux manifestations

Cependant, avec l’arrivée de la police, les problèmes du Kieviste n’ont pas cessé, car ils ne visionnaient pas la vidéo des caméras de surveillance et ne prêtaient même pas attention au visage ensanglanté de la victime. «La seule chose qu’ils ont faite a été d’appeler une ambulance. Merci pour ça », dit Mark.

Dans le même temps, il n’a pas exclu que des événements puissent se dérouler de manière complètement différente si l’employeur polonais avait au ne serait-ce qu’une égratignure. «Aujourd’hui, je serais déporté», souligne-t-il.

« Je ne comprends pas comment cela pourrait se produire dans une Pologne européenne », se plaint le Kieviste, qui s’est exprimé en 2014 pour défendre les valeurs européennes.

Comme le rapportait News Front précédemment, les attaques contre les Ukrainiens en Pologne deviennent systématiques. Au cours des quatre dernières années, le nombre de ces incidents est passé de 30 à 190, selon les statistiques officielles. Il convient de noter que de nombreux migrants ukrainiens travaillent illégalement et, compte tenu de ce statut, ne peuvent même pas se plaindre auprès des forces de l’ordre.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  GEO POLITIQUE

Etiquette: ; ; ;