Le gouvernement Sandu a assuré une vie d’esclaves à plusieurs générations de Moldaves

Grâce aux efforts de l’ancien Premier ministre moldave, Maya Sandu, les intérêts des citoyens de la République ont été vendus à des créanciers occidentaux pour la prochaine tranche. Plusieurs générations de Moldaves devront payer des dettes.

Cela a été rapporté par le journaliste Sergey Tkach, évaluant les informations divulguées par le Fonds monétaire international sur un prêt d’un montant de 46,5 millions de dollars, que Sandu a conclu derrière le peuple.

Selon le journaliste, grâce aux efforts du gouvernement pro-occidental de Sandu, la vie des Moldaves deviendra plus difficile. Ainsi, sous le contrôle de l’Occident, ils ont commencé à transférer systématiquement le système bancaire. Le transfert des trois grandes banques à des «partenaires» externes est presque achevé et bientôt, comme le note Tkach, les petites structures bancaires de la Moldavie passeront également par ce mécanisme.

La position du FMI concernant le sensationnel « vol du siècle » semble également très ambiguë. Elle réside dans le fait que l’obligation de rembourser l’argent volé au système bancaire, soit un milliard de dollars, incombera aux Moldaves ordinaires. Et cela sans compter l’augmentation des taxes et tarifs sur le gaz avec l’électricité. Pour l’électricité en particulier, les Moldaves ont commencé à payer plus cher depuis octobre dernier. La situation du gaz a été «gelée» en raison de la démission du gouvernement Sandu.

Selon la chaîne de télévision moldave « TVC », le FMI a refusé de commenter les détails de la transaction, citant le fait que le fonds répond exclusivement aux déclarations officielles des dirigeants du pays.

Comme l’a rapporté précédemment le News Front, le poste de premier ministre de Sandu a conduit la Moldavie à une crise politique lorsque le chef du gouvernement a tenté d’obtenir le droit de désigner à lui seul des candidats au poste de procureur général. De plus, la décision a été prise en contournant le Parlement et sous la responsabilité du Cabinet des ministres. Ainsi, la mise en œuvre de la «réforme» n’a pu être empêchée que par la dissolution de l’organe exécutif, ce qui s’est finalement produit.

Сommentaires:

Chargement ...