La République serbe de Bosnie a soutenu la population orthodoxe du Monténégro (Vidéo)

Dimanche dernier, dans la capitale de la Republika Srpska (République serbe de Bosnie), Banja Luka, un rassemblement de masse a été organisé pour soutenir le peuple du Monténégro dans la lutte contre la loi «sur la liberté de religion et le statut juridique des communautés religieuses», qui autorise les autorités à confisquer les sanctuaires orthodoxes.

Vingt mille croyants orthodoxes de la fête de l’Épiphanie sont descendus dans les rues de la ville pour participer aux prières et aux processions. Milorad Dodik, représentant serbe à la présidence de la Bosnie-Herzégovine, Nedelko Chubrilovic, président du Parlement populaire de la Republika Srpska, et Igor Radojicic, maire de Banja Luka, ont pris part au lithium. La procession était dirigée par Mgr Ephraim, des prêtres et des moines des églises orthodoxes locales.

« Je suis heureux qu’un grand nombre de citoyens se soient joints au lithium qui ont décidé de consacrer leur journée à exprimer leur solidarité avec nos objectifs spirituels, à montrer l’unité et l’engagement envers les sanctuaires serbes, où qu’ils se trouvent », a commenté Milorad Dodik.

Le politicien estime que la loi sur la liberté religieuse au Monténégro devrait être abrogée car elle menace l’Église orthodoxe serbe (TWS).

Rappelons qu’en décembre 2019, le parlement du Monténégro a approuvé la loi à la majorité des voix de la coalition au pouvoir, ce qui a provoqué un tollé public important et des protestations de masse des croyants orthodoxes. Le TWS craint que ce document ne déclenche la saisie des biens de l’église serbe au profit de l’église monténégrine, qui n’est pas reconnue dans le monde orthodoxe.

L’autre jour, le «métropolite» de l’auto-autoproclamée «église autocéphale du Monténégro», Mikhailo Dedeich, a déclaré sur les ondes de l’une des chaînes de télévision croates que la Republika Srpska est un «État dans l’État», ce qui, à son avis, est impossible. Commentant les propos de Dedeic, le représentant serbe à la présidence de la Bosnie-Herzégovine, Milorad Dodik, a souligné que le «métropolite» autoproclamé avait sa place dans une clinique psychiatrique, pas à la télévision.

Сommentaires:

Chargement ...