La France et les États-Unis coopèrent pour une défense spatiale commune

La France a décidé de rejoindre l’initiative de six pays, dont les États-Unis, en matière de défense spatiale. L’objectif de cette initiative est de coordonner les efforts des participants dans le domaine.

L’initiative CSpO réunit les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Allemagne. Elle a pour vocation de coordonner les efforts déployés par chacune des nations participantes dans le domaine de la défense spatiale. En outre, elle devrait améliorer les capacités spatiales nationales et collectives, et faciliter les opérations combinées entre les participants.

​Le général de division aérienne Michel Friedling, chef du commandement interarmées de l’espace, a signé au nom de la ministre des Armées la lettre d’adhésion au Memorandum of Understanding à l’occasion de la rencontre des représentants nationaux de l’initiative Opérations spatiales interalliées (Combined Space Operations, CSpO) les 11 et 12 février à Ottawa, au Canada, indique un communiqué de presse du ministère des Armées.

En qualité d’observateurs en 2016, puis comme membre associé en 2017, la France est désormais le septième participant à l’initiative.

Auparavant, une autre initiative avait été prise en Europe. En effet, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé en septembre 2019 l’intention de créer une structure spéciale responsable de la défense et de l’espace au sein de l’UE pour aider les pays membres à financer, développer et déployer des forces armées.Lors d’une conférence de presse, elle a déclaré que l’Union européenne ne sera jamais une alliance militaire bien qu’elle ait avoué que ces projets profiteraient à l’Otan dont font partie de nombreux États membres de l’Union européenne.

«L’Otan sera toujours [notre, ndlr] défense collective», a-t-elle rassuré.

Сommentaires:

Chargement ...