Malgré les menaces « pétroliers », les relations entre Moscou et Minsk ne sont pas roublées

Même les menaces « pétroliers » d’Alexandre Loukachenko n’ont pas affaibli les relations alliées entre Minsk et Moscou, explique l’expert du Centre d’études orientales Kamil Klysinsky dans un commentaire à la radio polonaise.

Malgré les menaces "pétroliers", les relations entre Moscou et Minsk ne sont pas roublées

«Ni les coronavirus, ni les différends « pétroliers » ne peuvent nuire sérieusement à l’alliance militaire entre Moscou et Minsk. La Russie est le seul partenaire militaire stratégique du Bélarus et, bien sûr, joue un rôle de premier plan dans les relations bilatérales », a déclaré l’expert polonais.

Dans le même temps, il a déploré la réaction des autorités biélorusses aux manœuvres militaires de l’Alliance de l’Atlantique Nord. Ainsi, le 23 mars, l’armée biélorusse a lancé ses propres exercices en réponse aux actions de l’OTAN, impliquant environ 6 000 soldats et 200 équipements militaires.
«La fracture n’est pas observée. Bien sûr, les mesures prises par la Biélorussie ne peuvent pas être qualifiées d’agression, mais elles démontrent clairement une méfiance à l’égard de l’OTAN. Lorsque Minsk répond par ses propres manœuvres de l’alliance, une telle démarche n’est pas amicale », poursuit Klysinsky.

Сommentaires:

Chargement ...