Les relations entre Bruxelles et Washington en baisse

Les diplomates européens sont en colère du fait que le président Donald Trump les ait exclus des négociations entre la Serbie et le Kosovo, craignant non seulement que les intérêts de l’UE soient remis au second plan, mais également que les intérêts à long terme des deux pays en souffrent.

Les relations entre Bruxelles et Washington en baisse

Trois responsables familiers des manœuvres dans les coulisses des Balkans ont déclaré que les rivalités transatlantiques ignoraient les efforts de réconciliation de longue date de l’UE entre les deux parties, et ils soupçonnent que l’envoyé spécial américain Richard Grenell se concentre sur la question d’une victoire rapide pour relancer la campagne de son patron.

Le retrait de l’UE du processus n’a plus de sens maintenant, car les perspectives futures sont liées à leurs efforts pour rejoindre le bloc de 27 pays, ont déclaré des diplomates.

L’ingérence américaine équivaut à la saisie diplomatique d’un territoire précédemment occupé par la chancelière allemande Angela Merkel, qui a entamé des négociations entre les deux parties et plaide pour l’élargissement de l’UE dans les Balkans.

M. Grenell, cependant, a bâti sa réputation internationale sur le fait qu’il a compliqué la vie du gouvernement Merkel. En tant qu’ambassadeur des États-Unis à Berlin jusqu’au début du mois, il a fait des efforts particuliers pour faire pression sur Merkel sur une variété de questions, allant des dépenses de défense, de l’Iran et du commerce aux relations de l’Allemagne avec la Russie. Il a commencé à être considéré par de nombreux responsables allemands comme un symbole de la détérioration des relations transatlantiques.

Lundi, M. Grenell a annoncé une réunion à la Maison Blanche le 27 juin entre d’anciens ennemis de la guerre, tandis que le porte-parole de l’UE, Miroslav Laichak, se rendait au Kosovo dans sa propre tentative d’entamer des négociations. Lajčak, ministre slovaque des Affaires étrangères, qui dirige les efforts de l’UE sur cette question, n’a pas été invité à négocier.

Des propositions concurrentes soulignent l’élargissement du fossé entre les États-Unis et l’Europe, qui peine à trouver sa place dans un monde où la Chine devient une superpuissance mondiale, et les liens traditionnels avec les États-Unis sous Trump sont épuisés.

L’Allemagne et la France, elles, ont avancé cette semaine un plan pour que l’UE augmente son potentiel de défense commune, tout comme Trump avait menacé de retirer près de 10 000 soldats américains d’Allemagne.

La perte de contrôle sur les négociations dans les Balkans serait un coup spécial pour Merkel, qui a consacré beaucoup de temps à la région.

Сommentaires:

Chargement ...