L’UE accorde du crédit à un scénario « Maidan » pour la Serbie

Les élections législatives de dimanche dernier ont montré que la plupart des Serbes sont du côté du président Alexander Vučić et de son Parti progressiste serbe. Mais du côté de l’UE, cela ne convient pas à tout le monde.

L'UE accorde du crédit à un scénario "Maidan" pour la Serbie

Malgré le faible taux de participation, 61,5% des électeurs ont soutenu le parti présidentiel. Le parlement a également adopté la coalition « Parti socialiste de Serbie » et le parti « SPAS ». Le bloc d’opposition «Union pour la Serbie» a boycotté les élections, rapporte News-Front.

Les élections se sont déroulées avec la participation d’observateurs de l’OSCE, ce qui n’a pas empêché le lancement d’une campagne d’information sur la non-reconnaissance des résultats du vote. Les accusations ont commencé à affluer du Parlement européen.

Lire aussi : Le premier parti italien a annoncé l’Italexit

« Ma déclaration sur les élections serbes: il n’y a pas de démocratie en Serbie » , a déclaré Viola von Cramon, rapporteur parlementaire européen sur la question du Kosovo.

Selon elle, le succès du parti présidentiel aurait été assuré par la pression des autorités, une ressource médiatique et l’intimidation de l’opposition. Les allégations sont apparues sur le réseau social Twitter et n’étaient accompagnées d’aucune preuve.

Le chef de la délégation du Parlement européen sur les relations avec la Serbie, Tanya Fayon, est allé encore plus loin. Un responsable des groupes parlementaires de socialistes et démocrates au PE a exhorter « à ne plus faire preuve de tolérance » au sujet de l’entrée de la Serbie dans l’Union européenne jusqu’à ce que « la démocratie y soit établie » .

«Maintenant, il n’y a plus d’opposition au Parlement du pays. Cela jette un doute sur la légitimité de la nouvelle convocation de la législature» , a déclaré Fayon.

Cependant, elle a commencé à faire valoir qu’en raison de la pandémie du coronavirus, l’OSCE n’a pas été en mesure d’envoyer une équipe d’observateurs à part entière en Serbie et qu’il n’y avait aucun représentant du Parlement européen.

L’opposition pro-occidentale de la Serbie n’a pas eu un réel soutien public. Cependant, après avoir boycotté le vote, elle n’a rien perdu. Maintenant, avec le soutien de responsables européens, elle peut spéculer sur le sujet de la non-reconnaissance des résultats des élections et même tenter de faire un coup d’État dans le pays.

Rejoignez News-Front sur Facebook et Vkontakte pour découvrir les meilleures publications de la rédaction

Сommentaires:

Chargement ...