La Pologne a préféré s’éloigner de la frontière russe

La Pologne a préféré ne pas stationner de chasseurs de cinquième génération F-35 près de la frontière russe pour ne pas les exposer au risque que leurs signatures radar et infrarouge soit étudiée.

La Pologne a préféré s'éloigner de la frontière russe

La Pologne a décidé de ne pas déployer de F-35 Harpia sur les bases de Malbork et Minsk Mazowiecki. La première est située à 80 kilomètres de la région russe de Kaliningrad et la seconde, non loin de la frontière biélorusse, rapporte Defense24.

Selon le site, les autorités ont renoncé à l’idée de placer les F-35 dans l’est du pays pour ne pas livrer à la Russie l’occasion d’étudier leurs signatures radar et infrarouge.

Il a été décidé d’opter pour la base de Swidwin (ouest) qui abritait jusqu’à présent une escadrille de Su-22.

Les déductions de Defense24 reposent sur un appel d’offre pour la modernisation des infrastructures de la base de Swidwin publié par le ministère polonais de la Défense.

Cette modernisation pourrait également s’inscrire dans l’effort visant à rendre la base capable d’accueillir des avions alliés – soit des F-16 du 480e Escadron de Wild Weasels de l’USAF Europe stationnés à Spangdahlem ou des F-35.

En janvier dernier, la Pologne a signé un contrat d’achat de 32 avions de chasse F-35 d’un montant de 4,6 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros). L’armée de l’air polonaise compte pouvoir les exploiter en 2026. Les premiers chasseurs prévus au contrat seront construits en 2024.

Les F-35 doivent remplacer les MiG-29 et les Su-22 de fabrication soviétique qui restent encore en service dans l’armée de l’air polonaise.

Rejoignez News-Front sur Facebook et Vkontakte pour découvrir les meilleures publications de la rédaction

Сommentaires:

Chargement ...