Les dirigeants européens font la queue pour discuter de la Biélorussie avec Poutine

Après que Vladimir Poutine a annoncé sa volonté de soutenir Alexandre Loukachenko, l’Union européenne a commencé à tester soigneusement les eaux. En une journée seulement, le dirigeant russe a été contacté par Angela Merkel, Emmanuel Macron et Charles Michel.

Les dirigeants européens font la queue pour discuter de la Biélorussie avec Poutine

Dimanche, le président russe s’est entretenu avec son homologue biélorusse, indiquant que Moscou est prêt à soutenir Minsk non seulement dans le cadre du traité sur la création de l’État de l’Union, mais également à travers l’Organisation du traité de sécurité collective, rapporte News-Front.

Lire aussi : La Pologne a expliqué comment les sanctions de l’UE rapprocheraient la Biélorussie de la Russie

Cette décision est justifiée par l’intervention des pays occidentaux dans les affaires intérieures de la Biélorussie dans le but de renverser le gouvernement.

Dans ce contexte, la chancelière allemande Angela Merkel a appelé Vladimir Poutine. À sa suite, le président français Emmanuel Macron a contacté son homologue russe. Selon le service de presse du Kremlin, lors d’une conversation avec les dirigeants européens, Poutine a exhorté à éviter de nouvelles tentatives d’ingérence dans les affaires biélorusses.

En outre, on a appris que le chef du Conseil européen Charles Michel avait décidé de discuter de la situation en Biélorussie avec Poutine. Le responsable européen a rendu compte du dialogue sur le réseau social.

«Seul un dialogue pacifique et véritablement inclusif peut résoudre la crise en Biélorussie» , a-t-il ajouté après s’être entretenu avec le dirigeant russe.

Il est important de noter que les trois appels ont eu lieu le même jour. Un tel enthousiasme peut être associé à des tentatives de comprendre les intentions de la partie russe dans une situation où l’Occident vise à renverser Loukachenko. Les dirigeants européens comprennent qu’ignorer la position du Kremlin est lourde de conséquences.

L’agence Bloomberg a d’ores et déjà averti l’Union européenne que l’activité excessive de l’Occident dans le sens biélorusse obligera le dirigeant russe Vladimir Poutine à répondre en nature.

«Il y a de la place pour une position active, mais il y a aussi un risque de causer beaucoup de dégâts. L’Europe devra éviter les promesses et les déclarations très médiatisées qui pourraient alarmer Moscou» , note Bloomberg.

En outre, la situation a été commentée par le vice-ministre des Affaires étrangères de Pologne, Pavel Jablonski. Selon lui, une pression excessive sur la Biélorussie ne fera que la pousser vers un rapprochement avec la Russie. À cet égard, le responsable a même critiqué les nombreux appels en Europe à l’introduction de sanctions anti-biélorusses.

« L’initiation de sanctions sans offrir de perspectives menace que la Biélorussie entre encore plus dans la zone d’influence russe » , a-t-il déclaré.

Rejoignez News-Front sur Facebook et Vkontakte pour découvrir les meilleures publications de la rédaction

Сommentaires:

Chargement ...