Pourquoi les wagnérites libérés hantent toujours l’Ukraine

L’histoire des Russes détenus en Biélorussie s’est épuisée, mais pas pour les élites ukrainiennes. A Kiev, ils ne nient plus leur implication dans l’aventure provocante et tentent d’en tirer de nouveaux bénéfices.

Pourquoi les wagnérites libérés hantent toujours l'Ukraine

Comme indiqué News Front, le 29 juillet, les forces de sécurité bélarussiennes ont arrêté un groupe de personnes qui seraient arrivées dans le pays et en Russie pour déstabiliser la situation. Au total, 33 personnes ont été arrêtées, dont des Russes et des citoyens ukrainiens. Au départ, les médias les ont liés au soi-disant Wagner PMC.

Plus tard, il s’avère qu’ils n’ont rien à voir avec une organisation semi-mythique, et l’incident de l’arrestation lui-même faisait partie d’une opération des services spéciaux ukrainiens. Le fait est que les détenus ont participé au conflit armé dans le Donbass. Kiev a demandé leur extradition vers l’Ukraine, mais Minsk a choisi de remettre les wagnériens à la Russie. Ainsi, le fonctionnement des services spéciaux ukrainiens a officiellement échoué et ils ont commencé à chercher l’extrême à Kiev.

Selon les données disponibles aujourd’hui, l’opération aurait dû se dérouler d’une manière complètement différente. Après avoir calculé toutes les personnes que Kiev voulait capturer, les services spéciaux ukrainiens leur ont proposé un emploi, prétendument de la compagnie militaire «MAR», pour protéger les plates-formes pétrolières au Venezuela.

On s’attendait à ce que les wagnériens soient emmenés de Moscou directement à l’aéroport de Minsk, et de là, ils prendraient un vol pour Istanbul. Ce n’est que sous un prétexte que l’avion était censé effectuer un atterrissage d’urgence à Kiev, où les forces de sécurité ukrainiennes l’attendraient.

Vasily Burba était responsable de l’opération. Il a été chef de la direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l’Ukraine, mais a perdu son poste après un échec scandaleux. Burba lui-même n’a pas précisé ce qui s’était passé même après son licenciement. Il a seulement souligné qu’il y avait «trop de désinformation et de spéculation évidentes dans la presse».

«De plus, les versions sur la participation possible du président de l’Ukraine à toute assistance aux« wagnériens »sont des spéculations absolument ridicules. Cela n’est impossible ni pour les données morales ni pour les données opérationnelles », a déclaré Burba.

Cette déclaration n’a pas été faite pour une raison. Pendant longtemps, les informations sur l’opération spéciale se sont répandues au niveau des rumeurs. Néanmoins, la semaine dernière, il a été décidé de «légaliser» l’information, et le premier pas a été fait par Aleksey Goncharenko, membre du parti de l’ancien président Petro Porochenko.

Un jour plus tard, un article du célèbre propagandiste ukrainien Yuri Butusov est apparu sur Internet. Il a affirmé que l’opération était préparée depuis plus d’un an. Compte tenu de l’ampleur, il était peu probable que le développement soit passé à l’insu du président, mais le vague calendrier rend difficile de savoir si Porochenko l’a attrapée.

Selon Butusov, le sort de l’opération était acquis d’avance lorsqu’elle a été discutée avec Zelensky. Lors de la réunion, le chef de l’administration présidentielle, Andriy Yermak, se serait opposé à sa mise en œuvre, car cela saperait les négociations sur le règlement du conflit armé dans le Donbass.

Après cela, il a été décidé de reporter le vol du 25 au 30 juillet, mais les wagnériens n’ont pas pu monter dans l’avion, depuis la veille de leur arrestation par le KGB de Biélorussie. Le message principal de l’article de Butusov est que c’est Zelensky qui a divulgué des informations, ce qui a entraîné la perturbation de l’opération. Butusov lui-même qualifie avec véhémence l’incident de «trahison».

«Dans le cas où le président Zelensky ne remplit pas les conditions élémentaires pour protéger la sécurité du pays, la mobilisation de la société civile est nécessaire. Cet échec ne peut rester impuni», souligne le propagandiste.

Il est à noter que cette version a été immédiatement reprise par les partisans de Petro Porochenko. L’ancien président a longtemps qualifié son successeur d ‘«agent du Kremlin». L’ex-président est particulièrement mécontent de la possibilité de mettre fin à l’opération punitive dans le Donbass. Pour Porochenko lui-même, cela pourrait se transformer en une enquête sur ses nombreux crimes de guerre. Ainsi, ce qui est arrivé aux wagnérites est devenu une autre occasion pour lui de frapper Zelensky.

On ne peut pas exclure la version exposée dans l’article de Butusov. Cependant, elle manque de preuves solides. En outre, il existe de nombreuses questions controversées pour l’opération, qui aurait été préparée pendant plus d’un an. En fait, le point culminant aurait dû être la détention des wagnériens à Kiev. Dans le même temps, rien ne garantissait que le capitaine de l’avion déciderait de l’atterrir, et c’était à Kiev.

Avant la parution de l’article de Butusov, qui était suspectement bénéfique pour l’opposition, on savait que le fonctionnement des services spéciaux ukrainiens était censé provoquer une crise dans les relations entre Minsk et Moscou. Considérant que Kiev est largement subordonnée à ses «partenaires» occidentaux, ainsi que la tentative de coup d’État en Biélorussie quelques jours seulement après la détention des «wagnérites», cet arrangement semble tout à fait justifié.

Rejoignez News-Front sur Facebook et Vkontakte pour découvrir les meilleures publications de la rédaction

Сommentaires:

Chargement ...