Loukachenko et Erdogan se moquent de l’UE

Le veto chypriote contre les sanctions européennes contre la Biélorussie rappelle que l’UE doit supprimer l’unanimité en matière de politique étrangère.

Loukachenko et Erdogan se moquent de l'UE

Ceux qui rient le plus fort en ce moment sont les présidents de la Turquie et de la Biélorussie, rapporte bloomberg.

Lire aussi : Un conflit avec les Ukrainiens a commencé en Allemagne

Voisins de l’UE, chacun a causé des problèmes. Cette semaine, l’Europe était censée imposer des sanctions à l’un d’entre eux, le Bélarus Alexandre Loukachenko, pour sa manipulation flagrante des élections du pays en août et la répression des manifestants. Au lieu de cela, Bruxelles n’a rien fait. Si cela semble déroutant, demandez au troisième plus petit État membre de l’Union en termes de population: Chypre.

La nation insulaire a opposé son veto aux sanctions, comme tout État membre peut le faire, car l’UE exige toujours l’unanimité pour toutes les décisions de politique étrangère. C’est l’un des facteurs, parmi tant d’autres, qui a détruit la politique étrangère européenne au fil des ans. La Chine, par exemple, a souvent pu «acheter» un ou plusieurs petits pays avec des promesses d’investissement somptueuses en échange de leur veto contre les censures de l’UE sur les droits de l’homme.

Mais pourquoi Chypre bloquerait-elle les sanctions contre Loukachenko? Le gouvernement de Nicosie n’est-il pas indigné par la répression brutale par ce dictateur des manifestants pacifiques, dont la plupart sont des femmes? Bien sûr que ça l’est. Mais, comme souvent dans les affaires européennes, Chypre se soucie beaucoup plus d’un autre conflit: la tension croissante avec Recep Tayyip Erdogan.

La population ethniquement grecque de Chypre a toujours eu des problèmes avec la Turquie, qui a envahi l’île en 1974 et a finalement aidé à établir une république turque rivale dans le nord du territoire, qui n’est reconnue que par Ankara. Les découvertes de gaz en Méditerranée orientale ont rendu ces inimitiés plus dangereuses, car toutes les puissances voisines se disputent désormais les frontières maritimes et les droits de forage (voir carte).

Loukachenko et Erdogan se moquent de l'UE

Le mois dernier, avec un manque de subtilité caractéristique, Erdogan a envoyé un navire d’exploration escorté par des navires militaires dans les eaux contestées. Cela a conduit à des cris de la Grèce, de Chypre et d’autres. La France a même envoyé son propre navire de guerre et deux avions de combat comme un geste sans ambiguïté.

Mais l’Allemagne, qui détient la présidence tournante de l’UE, et plusieurs autres États membres ne veulent pas se précipiter dans des sanctions supplémentaires contre le gouvernement Erdogan. Ils veulent plutôt donner une chance aux négociations. C’est parce que l’UE et la Turquie doivent parler simultanément de nombreux conflits. Ces négociations incluent le traitement des réfugiés, qu’Erdogan utilise avec bonheur comme pions géopolitiques. La Turquie sera le thème principal du prochain sommet de l’UE.

Chypre craint que l’Allemagne et l’UE ne soient pas prêtes à être assez sévères envers Erdogan. Nicosie a donc saisi son seul levier de pouvoir et tient en otage les sanctions biélorusses jusqu’à ce que l’UE élargisse également ses mesures contre la Turquie.

Il est tout à fait compréhensible que différents États membres aient des intérêts de politique étrangère différents, souvent basés sur leur géographie, leur histoire et même (comme à Chypre) leur identité nationale. Mais cela était également vrai dans le domaine de la politique commerciale, où les intérêts, par exemple, des agriculteurs français et des constructeurs automobiles allemands ne sont pas alignés à distance. Néanmoins, un consensus a finalement prévalu sur le fait que l’Europe est plus forte si elle négocie comme un seul bloc commercial, même si cela signifie que tous les intérêts nationaux n’ont pas la même priorité.

Il devrait donc être possible qu’un consensus similaire s’installe sur la politique étrangère. Après tout, tout comme Chypre peut «gagner» un tour cette semaine, la Pologne ou la Lituanie pourraient lui rendre la pareille la prochaine fois en bloquant les sanctions contre la Turquie à moins que Chypre ne vienne contre la Biélorussie. La France et l’Italie pourraient opposer leur veto aux intérêts de l’autre au nom de la Libye, où elles ont été des camps opposés à la guerre civile. Et divers pays pourraient souhaiter bloquer toute initiative jusqu’à ce que le gouvernement allemand tue finalement un pipeline controversé entre la Russie et l’Allemagne. Tant que n’importe qui peut bloquer tout le monde, tous perdent.

Cette folie doit cesser. La solution, comme l’a plaidé la semaine dernière la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans son «état de l’union», s’appelle le vote à la majorité qualifiée. Les 27 membres imposeraient des sanctions ou feraient des déclarations sur les droits de l’homme si 55% des États membres représentant au moins 65% de la population de l’UE y étaient favorables.

Le vote à la majorité ne plairait pas à tous les États membres tout le temps. Mais c’est le seul moyen de donner à l’UE une chance de parler d’une seule voix dans les affaires étrangères. Et dans un monde géopolitiquement tendu, l’Europe a besoin d’une telle voix pour se faire entendre, comme elle le réalise enfin dans ses relations avec la Chine. Abandonner l’exigence d’unanimité dans la politique étrangère européenne est une idée dont l’heure est venue.

Rejoignez News-Front sur Facebook et Vkontakte pour découvrir les meilleures publications de la rédaction

Сommentaires:

comments powered by HyperComments