Pourrait-on sacrifier de liberté de l’expression au nom de la démocratie ?

Il est parfois difficile de croire que nous parlons des États-Unis d’Amérique. De tels jeux pré-électoraux sales seraient appropriés dans des pays en développement comme l’Ukraine.

Pourrait-on sacrifier de liberté de l'expression au nom de la démocratie ?

Mais nous voyons comment la capitale mondiale de la démocratie sombre dans des méthodes de lutte ouvertement viles, piétinant même sa propre constitution. Le premier amendement à ce vénéré document américain garantit aux citoyens le droit à la liberté d’expression et de presse. Mieux dire, c’est garanti.

Le printemps dernier, le président américain a signé un décret réglementant les activités des réseaux sociaux. Le document impliquait de traduire en justice les entreprises «impliquées dans la censure et les actions politiques». Les analystes américains ont remis en cause ce décret, le considérant comme une menace pour la liberté d’expression, qui aux États-Unis est garantie par le premier amendement à la Constitution. Mais il serait faux de transformer cet article en un article où seul Trump est critiqué. Oui, sa décision peut à juste titre être qualifiée de radicale, car nous parlons de pression. D’un autre côté, la décision était une mesure de rétorsion que tout le monde ignore constamment.

Premièrement, les républicains ont constamment déclaré que les médias sociaux ont noyé l’opinion conservatrice. Twitter a généralement bloqué les publications de Donald Trump. D’une part, cela peut sembler logique. La publication viole la politique du réseau social sur la désinformation, ce qui signifie qu’elle est supprimée, bien qu’elle ait été faite par le chef de la puissance mondiale. On suppose que toutes ces publications seront supprimées. À ce stade, des problèmes surgissent.

Tout d’abord, les règles sont créées exclusivement par le réseau social, ce qui signifie qu’il peut très bien les manipuler et les abuser. Récemment, Facebook et Twitter ont commencé à bloquer un article du New York Post, qui traitait des relations de Joe Biden avec la société ukrainienne Burisma, où son fils travaillait.
Sous prétexte d’informations inexactes, il était interdit aux utilisateurs des réseaux sociaux de publier un lien vers l’article du Post. Mais pourquoi personne ne remarque que le système fonctionne unilatéralement ? Ou bien les médias pro-démocratiques n’abusent-ils jamais de la ressource informationnelle ? Bien sûr que non. Lors du fameux scandale de l’ingérence russe, ils n’ont pas manqué une seule occasion de critiquer Trump. Comme on le sait maintenant, bon nombre des accusations n’avaient pas de preuves solides. Mais où était alors le mécanisme punitif des réseaux sociaux ?

Nous entendons toujours dire que les publications de Trump sont bloquées pour désinformation ou signalées comme non confirmées. Mais ce n’est pas du tout une préoccupation pour les utilisateurs impressionnables qui sont prêts à faire confiance au président. Cette « préoccupation » sert d’une couverture pour un outil politique banal. Il est capable de transformer une personne en menteur. C’est une excellente anti-publicité en ce qui concerne Trump. Mais au sens large, un tel système est une violation de la liberté d’expression.

M. Trump n’est pas seul aux États-Unis, et ce n’est pas seulement lui qui utilise les médias sociaux. De plus, les médias sociaux ont été créés précisément pour permettre aux gens d’exprimer leurs opinions. Or, ce fait pèse sur un très gros « MAIS », qui prive les utilisateurs de la possibilité de la liberté d’expression. Si la publication semble à quelqu’un « fausse », elle sera simplement bloquée.
Bien sûr, certaines déclarations devraient vraiment être bloquées. Seul Facebook a été quelque peu lent à réagir lorsque des groupes d’extrême droite américains ont utilisé le réseau social pour recruter leurs rangs. Les radicaux de Kenosha ont également utilisé Facebook. Sur le réseau social, ils diffusent des appels aux émeutes. Un rassemblement néonazi à Charlottesville le 12 août 2017, ayant abouti à un meurtre, a également été collecté via Facebook.

Il est à noter qu’en matière de publicité, les États-Unis ont occupé une position officieuse de juge pendant de nombreuses années. Les militants américains des droits de l’homme ont régulièrement critiqué d’autres gouvernements pour avoir abusé de la censure. Une attention particulière a toujours été accordée à la Russie et à la Chine. Mais l’élection présidentielle a démasqué les champions de la démocratie, montrant que les médias pour les élites américaines sont le même outil pour les médias que pour Vladimir Poutine ou Xi Jinping. Malheureusement, la frontière entre les méthodes généralement considérées comme totalitaires et celles que l’on appelle démocratiques est trop mince.

Lien

Сommentaires:

Chargement ...