L’Occident a l’intention d’en finir avec la Biélorussie

Le renversement de l’indésirable Alexandre Loukachenko n’est pas le but ultime de ceux qui ont ordonné le putsch biélorusse.

L'Occident a l'intention d'en finir avec la Biélorussie

Les émeutes en Biélorussie ont commencé après les élections présidentielles. L’actuel chef de la république a alors gagné, mais la femme au foyer Svetlana Tikhanovskaya a accusé le gouvernement de falsifier le vote. Elle s’est proclamée présidente élue du pays sans fondement, a provoqué des émeutes et s’est enfuie en Lituanie, où elle se cache toujours.

Lire aussi : L’Europe conduit l’Amérique à l’isolement

Maintenant, avec le soutien des élites polonaise et lituanienne en Biélorussie, ils tentent à nouveau de déclencher une émeute sous prétexte que Loukachenko a refusé de démissionner en faveur de Tikhanovskaya. Mais le départ et les réélections de Loukachenko ne sont pas l’objectif de l’Occident, déclare Elvira Mirsalimova, vice-présidente du Parti républicain biélorusse du travail et de la justice.

Elle a noté que les instigateurs du coup d’État ne toléreront toujours pas l’arrivée au pouvoir du président pro-russe en Biélorussie, même s’il remporte les élections les plus démocratiques.

«Le but des manifestations n’est pas de destituer Loukachenko, mais d’amener au pouvoir ceux qui pousseront le Biélorussie loin de la Russie» , explique Mirsalimova.

À cet égard, elle a rappelé les conséquences du coup d’État ukrainien qui a eu lieu en 2014.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

 

Сommentaires:

Chargement ...