Les États-Unis sont prêts à exclure la Turquie de l’OTAN

Les tensions entre Washington et Ankara ont atteint un nouveau seuil après que l’armée turque a testé les systèmes de défense aérienne russes.

Les États-Unis sont prêts à exclure la Turquie de l'OTAN

Recep Tayyip Erdogan a personnellement annoncé les essais des systèmes de missiles antiaériens S-400 Triumph la semaine dernière. Les tests se sont déroulés dans des conditions aussi proches que possible du combat réel. De telles déclarations ont provoqué une tempête d’indignation au Pentagone et au département d’État américain.

Lire aussi : Des bénévoles aident les résidents proche du front de Gorlovka (Vidéo)

Selon les responsables, les sanctions sont le moins que la Turquie rebelle puisse attendre. Le secrétaire d’État adjoint, Clark Cooper, a déclaré que le projet de loi sur les mesures punitives était déjà «sur la table» .

L’année dernière, la Russie a rempli un contrat pour fournir à la Turquie des systèmes de missiles S-400, ce qui a provoqué la colère des États-Unis. La position officielle de Washington est que l’utilisation de la technologie radar russe avancée par l’armée turque menace les systèmes militaires de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Dans ce contexte, Clark Cooper a souligné que l’utilisation des systèmes de défense aérienne russes est « incompatible avec l’adhésion de la Turquie à l’OTAN » . Erdogan, à son tour, nie toutes les accusations. Mais les défenses aériennes russes ne sont pas le seul point dans les relations entre la Turquie et l’Occident. L’aventurisme excessif d’Erdogan n’irrite pas moins les partenaires de l’OTAN.

Récemment, la Turquie a mené plusieurs opérations militaires en Syrie, envoyé des troupes en Libye, provoqué des tensions en Méditerranée et est intervenue dans le conflit du Karabakh. Tout cela a rendu les dirigeants occidentaux nerveux à plusieurs reprises. Néanmoins, l’adhésion de la Turquie à l’OTAN avait certains motifs stratégiques.

Si la république est expulsée de l’OTAN, l’alliance perdra l’accès à la mer Noire et au Moyen-Orient. Comme l’a noté Clark Cooper, un tel scénario profiterait exclusivement à la Russie.

«L’absence de la Turquie au sein de l’OTAN nuira d’avantage à l’alliance» , a admis le responsable, avant d’ajouter : « Le seul bénéficiaire du détournement de la Turquie de l’Occident ou de l’Europe sera Moscou. » .

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...