Johnson et le chef de la Commission européenne vont s’entretenir avant une semaine décisive pour l’accord sur le Brexit

Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’entretiendront samedi avant une semaine potentiellement décisive dans les négociations sur le Brexit, dans un contexte d’inquiétude croissante à Bruxelles face à l’absence de progrès.

Johnson et le chef de la Commission européenne vont s'entretenir avant une semaine décisive pour l'accord sur le Brexit

Des sources britanniques ont minimisé les attentes d’un moment décisif, mais avec peu de temps pour la ratification parlementaire, l’appel téléphonique pourrait s’avérer être la dernière chance pour une intervention politique dans les discussions troublées.

« Le Premier ministre parlera à [Von der Leyen] demain après-midi pour faire le point sur les négociations entre le Royaume-Uni et l’UE », a déclaré un porte-parole de Downing Street.

Johnson a déclaré qu’il espérait qu’un accord commercial avec l’UE pourrait être conclu, mais le Royaume-Uni était bien préparé si les négociations finales échouaient. «J’espère vraiment que nous [obtiendrons un accord] et cela dépend évidemment de nos amis et partenaires outre-Manche. Je pense qu’il y a un accord à faire s’ils veulent le faire. Sinon, le pays est bien sûr très, très bien préparé et comme je l’ai déjà dit, nous pouvons très, très bien faire aux conditions australiennes.

Les affirmations selon lesquelles la victoire attendue de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine avait provoqué la réunion ont été rejetées par des sources européennes et britanniques comme « tirées par les cheveux ».

Des sources ont déclaré que l’appel était prévu avant la nuit des élections et que l’incertitude quant au potentiel d’un accord commercial avec la nouvelle administration américaine avait peu ou pas d’impact sur les négociations.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, revient dimanche à Londres pour les négociations commerciales et sécuritaires.

Les diplomates européens représentant les 27 États membres ont été informés vendredi par la Commission européenne que le prochain «moment majeur» arriverait à la fin de la semaine prochaine, au retour de Barnier.

Les questions en suspens restent le niveau d’accès aux eaux britanniques accordé aux flottes de pêche de l’UE, les règles de concurrence loyale pour les entreprises – y compris les règles sur les subventions nationales – et le mécanisme du traité final pour résoudre les différends futurs.

Les responsables de l’UE proches des négociations ont déploré l’absence particulière de progrès sur les dispositions dites de règles du jeu équitables pour garantir qu’aucune des parties ne peut déréglementer pour obtenir un avantage ou subventionner injustement les entreprises.

Il n’ya pas encore d’accord sur le caractère prohibitif des règles sur les subventions internes dans le futur traité.

Barnier a déclaré aux diplomates européens cette semaine que les deux parties avaient également du mal à convenir d’un «mécanisme crédible» pour garantir que les normes sociales, environnementales et du travail des deux côtés se développent en parallèle. «Nous ne sommes nulle part», a déclaré une source.

Le Royaume-Uni a accepté la non-régression par rapport au niveau actuel, mais résiste aux dispositions qui lieraient le Royaume-Uni au règlement de Bruxelles à perpétuité. «L’idéologie est difficile à surmonter», a déclaré une source.

Des sources de l’UE ont déclaré qu’elles espéraient que le refus du gouvernement britannique de bouger était une «stratégie de rupture» et une «posture», mais elles craignaient que les deux parties ne soient vouées à manquer de temps, sans aucune volonté de bouger.

David Frost, le négociateur en chef du Royaume-Uni, a fait pression pour une réunion «d’arbitrage final» entre Johnson et Von der Leyen, à la frustration de Barnier.

Barnier a déclaré aux diplomates cette semaine que l’écart entre les deux parties restait trop grand sur trop de questions pour un tel moment pour trouver une solution. Il a déclaré aux députés lors d’une réunion mercredi que «la semaine prochaine est vraiment la dernière chance pour les Britanniques de bouger».

Un responsable de l’UE a déclaré que Johnson n’avait montré «aucune compréhension des détails». Si un accord est possible, on espère que les 27 dirigeants de l’UE pourront le signer lors d’une prochaine conférence téléphonique le 19 novembre ou lors d’un sommet similaire qui devrait être organisé peu après.

Des sources ont suggéré qu’un accord devait être trouvé avant le 12 ou le 13 novembre pour permettre au Parlement européen d’entamer son processus de ratification.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...