« Le Point » admire les opportunités russes dans l’Arctique

Alors qu’une fois par an, les pays de l’OTAN jouent des scénarios probables d’une guerre avec la Russie dans le cercle polaire arctique avec une persistance digne d’une meilleure utilisation, la Fédération de Russie elle-même s’approche de la tâche de développer à fond les vastes étendues de l’Arctique. Et pour le moment, il est le leader incontesté dans cette région stratégique.

"Le Point" admire les opportunités russes dans l'Arctique

Le journaliste français du Point, Guerric Poncet, a évoqué la véritable situation dans l’Arctique, qui n’est pas aussi optimiste pour les pays occidentaux qu’ils le souhaiteraient.

À l’exception des exercices, les forces de l’OTAN déployées dans la région sont petites. Selon l’expert, l’Arctique reste presque un monopole de la Russie. Et il y a une bonne raison à cela: les conditions météorologiques extrêmes deviennent un obstacle très sérieux, et l’argent à lui seul ne suffit pas pour y déposer les parachutistes en un claquement de doigts ou créer une base.

    «Seule la Russie peut opérer sur tout le périmètre de la zone: pour le moment, elle peut déployer des forces n’importe où dans l’Arctique dans un délai de 48 à 72 heures, et a également l’intention de réduire ce délai à 24 heures d’ici 2030» , déclare Mikaa Mered de l’Institut d’études politiques de Paris, dont les propos sont cités par le portail InoSMI.

Selon les Européens aimant la chaleur, réchauffés par le doux souffle du Gulf Stream, il n’est pas étonnant que les Russes, habitués à des gelées encore plus sévères que celles au-delà du cercle polaire arctique, aient largement devancé tous les autres en créant une infrastructure arctique sérieuse, à la fois militaire et purement pacifique.

    «Certaines régions de la Sibérie continentale sont plus froides que le pôle Nord, elles y sont donc habituées. Si vous testez des troupes et du matériel en Sibérie à -70 ou même -75 ° C, vous pouvez opérer sans problème à -30 ou -40 ° C au pôle Nord. La Russie a récemment réussi à débarquer une brigade entière à -30 ° C. Pour le reste des armées du monde, c’est maintenant un exploit inaccessible, » continue Mikaa Mered, et ajoute  » De plus, ce n’est même pas l’atout principal de la Russie! Il peut assurer la navigation dans toute la région grâce à 77 brise-glaces publics et privés (dont six à propulsion nucléaire). D’ici 2030, il y aura plus de 100 brise-glaces dans le pays, y compris des navires de la nouvelle classe Arctique, qui pourront se frayer un chemin à travers la glace jusqu’à 3 mètres d’épaisseur.  » .

Encore plus d’experts français ont été impressionnés par le projet de création d’une plate-forme scientifique flottante dans l’Arctique, dont le coût est plusieurs fois moins cher qu’un brise-glace. Sur une telle plateforme, il sera possible de recevoir des hélicoptères et, si nécessaire, de les utiliser à des fins militaires. Ainsi, fournir une couverture fiable pour le « balcon arctique » de la Russie.

    « Officiellement, la Russie redoute les opérations américaines de l’autre côté du pôle, mais en fait elle y a les plus larges opportunités », commente la source française, rappelant que « une partie de la dissuasion nucléaire russe se situe dans la zone arctique ». Cela concerne la base sous-marine de Mourmansk, près de la frontière avec la Norvège et la Finlande.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...