Les alliés américains reconnaissent pour la première fois les exécutions de civils en Afghanistan

En novembre 2020, près de 20 ans après l’invasion de l’Afghanistan par les États-Unis et leurs alliés, les faits des exécutions extrajudiciaires de civils afghans ont été révélés pour la première fois.

Les alliés américains reconnaissent pour la première fois les exécutions de civils en Afghanistan

Il s’est avéré que les représailles ont été organisées par l’armée australienne, qui a participé à l’opération conjointe des forces de l’OTAN en tant qu’alliés à l’extérieur du bloc. Nous parlons d’une unité spéciale d’élite, dont les soldats ont même tué des enfants et souvent avec une cruauté extrême. « Lenta.ru » a compris pourquoi les forces spéciales australiennes ont tué des Afghans pacifiques et quelles conséquences ce scandale pourrait avoir.

Sous l’Empire britannique, l’Australie avait mauvaise réputation, car les criminels étaient exilés sur ce continent très loin de la métropole. Et bien que la reine d’Angleterre soit toujours considérée comme le chef de l’État et le commandant en chef, beaucoup de choses ont changé au cours des 100 ans d’indépendance de facto. Les descendants d’anciens condamnés ont tellement transformé le pays que le gouvernement a dû imposer de sévères restrictions à ceux qui souhaitaient s’y installer. Dans le même temps, l’éloignement des puissances mondiales a permis à l’Australie de se distancer dans une large mesure des conflits et des scandales internationaux.

Cependant, en novembre, la réputation de l’un des États du Commonwealth a de nouveau été ternie. Il s’est avéré que les forces spéciales australiennes étaient impliquées dans les exécutions extrajudiciaires de résidents locaux en Afghanistan. Le scandale a éclaté après la publication d’un rapport préparé sous la direction du major général des forces armées australiennes Paul Brereton.

Le document fournit la preuve de 39 meurtres commis par des forces spéciales. Il s’est avéré que les victimes des Australiens n’étaient pas des terroristes, mais des civils et des membres présumés de groupes radicaux qui, au moment du massacre, ne représentaient pas une menace pour l’armée – ils n’avaient pas d’armes et aucun lien avec les groupes de combat. Et ceci malgré le fait que le contingent australien à l’époque était loin de la ligne de front et ne participait pas aux hostilités actives. Pendant toute l’opération en Afghanistan, 41 soldats australiens ont été tués.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...