La Transnistrie a répondu à l’appel de Sandu pour le retrait des troupes russes

Le chef de la République moldave pridnestrovienne non reconnue, Vadim Krasnoselsky, a déclaré dans une interview à Parlamentskaya Gazeta au sujet d’une autre tentative de Chisinau de soulever le problème artificiel du « retrait des troupes » de la région.

La Transnistrie a répondu à l'appel de Sandu pour le retrait des troupes russes

La présidente précédemment élue de la Moldavie, Maya Sandu, a appelé au retrait du territoire de la Transnistrie du Groupe opérationnel de troupes russes gardant les entrepôts avec des armes, ainsi qu’à l’élimination des armes elles-mêmes. En outre, elle a suggéré de laisser les observateurs civils dans la région au lieu des soldats de la paix sous les auspices de l’OSCE.

Krasnoselsky pense que de telles déclarations sont politisées et visent à déplacer l’accent sur l’ordre du jour réel du dialogue entre Chisinau et Tiraspol.

« A ce jour, il n’y a pas de fondement juridique ni de prérequis pour tout changement dans le format actuel de l’opération de maintien de la paix » , a déclaré la source.

Selon lui, en Pridnestrovié, ils sont habitués aux déclarations résonnantes des politiciens moldaves qui « ne se donnent pas la peine d’essayer de fouiller dans le contenu des problèmes graves ». Il a appelé Chisinau à faire preuve de plus de responsabilité et de réflexion dans la formulation de sa position.

La Transnistrie, dont 60% des habitants sont des Russes et des Ukrainiens, a cherché à faire sécession de la Moldavie avant même l’effondrement de l’URSS, craignant que le pays rejoigne la Roumanie sur la vague du nationalisme. En 1992, après une tentative infructueuse des autorités moldaves de résoudre le problème par la force, la Transnistrie est devenue un territoire qui était pratiquement hors du contrôle de Chisinau.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...