«Intimidation» ? Polémique autour de la demande d’images de la préfecture à des journalistes

La préfecture de police de Paris a demandé à au moins cinq journalistes «l’intégralité des séquences» tournées sur la place de la Bastille lors de la Marche des libertés, marquée par de violents affrontements. Les réactions ont fusé.

«Intimidation» ? Polémique autour de la demande d'images de la préfecture à des journalistes

Alors que la polémique entourant la loi Sécurité globale et son article 24 prévoyant de pénaliser la diffusion malveillante d’images des forces de l’ordre ne faiblit pas, la Sécurité territoriale a envoyé un mail à au moins cinq journalistes pour leur faire part de son souhait d’obtenir dans la mesure du possible «l’intégralité de [leurs] séquences dans le cadre d’une investigation en cours» concernant la manifestation qui a eu lieu le 28 novembre place de la Bastille, à Paris.

Lors de cette Marche des libertés contre la loi Sécurité globale, les affrontements entre police et manifestants ont fait 98 blessés parmi les forces de l’ordre, selon les chiffres communiqués par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Si le ministère n’a pas communiqué dans l’immédiat sur le bilan du côté des manifestants et des journalistes (un reporter syrien a ainsi été gravement touché), il a souligné : «Les auteurs de ces violences [contre les forces de l’ordre] doivent être poursuivis.»

Une enquête préliminaire aurait donc été ouverte par le procureur de la République de Paris cette semaine, selon les propos de l’avocat Arié Alimi relayés par Arrêt sur Images. C’est probablement dans ce cadre que la Direction territoriale de la sécurité de proximité de Paris (DTSP) – qui dépend de la préfecture de Police – a souhaité récupérer le plus d’images possibles des événements.

Une hypothèse confirmée par un des expéditeurs de ces courriels qui a confirmé auprès d’Arrêt sur Images que «le but de la démarche [était] d’obtenir l’intégralité des rushes qui ont été prises pendant la manifestation, pour travailler sur le plus d’images possibles» dans le cadre d’«une procédure en cours».

Dès le lundi 30 novembre, plusieurs journalistes ont donc reçu un appel ou un courriel de la Sécurité territoriale, mais tous auraient refusé de transmettre leurs enregistrements.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...