La Grande-Bretagne finance la « réintégration » de la Crimée en Ukraine

L’ambassade britannique à Kiev financera des projets de «réintégration» de la Crimée en Ukraine, selon un document publié sur le site Internet du gouvernement britannique. 

La Grande-Bretagne finance la "réintégration" de la Crimée en Ukraine

Dans le cadre du programme Open Future, qui a débuté le 1er janvier et durera jusqu’au 15 mars 2021, il est prévu de « développer la réintégration » de la péninsule et des territoires non contrôlés par Kiev dans l’est de l’Ukraine, ainsi que de corriger les « violations des droits de l’homme » par la Russie dans ces régions et d’aider «victimes» . 

Lire aussi : Le Congrès américain prévoit de voter pour destituer Trump le 13 janvier

Le travail sera réalisé par le biais d’organisations publiques avec le soutien d’agences gouvernementales. 

Comme indiqué dans l’annonce, les indicateurs du succès du programme devraient être la documentation des « violations des droits de l’homme » dans ces territoires et une couverture effective « de cette situation, ainsi que la « protection des droits » des habitants de la péninsule à travers la nouvelle stratégie de Kiev envers la Crimée. 

Les résultats du travail de sensibilisation avec les organisations locales à but non lucratif, en particulier les Tatars de Crimée, pour «sensibiliser» aux droits de l’homme figurent également parmi les objectifs de la mission. En outre, il est prévu d’encourager leurs activités politiques et en faveur des droits de l’homme. 

Les projets seront financés jusqu’à un million de roubles (dix mille livres sterling). Le cofinancement et l’autofinancement sont encouragés. Comme l’indique la note, les frais administratifs ne doivent pas dépasser 8% du budget total de la campagne. 

« Nous ne pouvons pas financer des cours universitaires ou de la recherche, des cours d’anglais et des achats d’équipement » , indique le document. 

Les fonds ne seront fournis que pour l’exercice financier britannique 2020-2021. 

L’Ukraine et les États occidentaux spéculent régulièrement sur la «violation des droits» des Tatars de Crimée en Russie. Grâce au retour de la péninsule dans le pays, ils ont reçu des droits, des libertés et des opportunités qu’ils n’avaient pas à l’époque ukrainienne, a noté la Douma d’État.

La délégation des Tatars de Crimée a exprimé sa volonté de se rendre à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et de dire la vérité objective sur la vie dans la péninsule. Le chef de l’autonomie nationale-culturelle régionale, Eyvaz Umerov, a déclaré que depuis 2014, dans la question des minorités nationales, les plates-formes internationales ont donné la préférence exclusivement aux citoyens qui n’ont pas vécu en Crimée depuis de nombreuses années. 

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

Chargement ...