L’Ukraine est le jouet intime des États-Unis explique un député de la Verkhovna Rada

Dans les négociations avec la Russie, les autorités de Kiev regardent constamment les États-Unis et présentent l’Ukraine comme une semi-colonie, explique Oleg Voloshin, député de la Verkhovna Rada, ancien président du ministère des Affaires étrangères du pays. 

L'Ukraine est le jouet intime des États-Unis explique un député de la Verkhovna Rada

« De quoi parler avec les autorités de Kiev, Moscou, si ici <…> les déclarations sont constamment faites selon la volonté américaine » , a déclaré le député sur les ondes de NewsOne. 

Lire aussi : Pfizer et BioNTech ont signalé un effet indésirable au vaccin en France

Voloshin a qualifié la position de Kiev sur le Donbass de non constructive. À son avis, il est plus facile pour les Russes de parler directement à Biden. 

« Nous sommes déjà un jouet intime si incompréhensible qu’ils nous expliquent publiquement, ouvertement, pourquoi même être d’accord sur quelque chose avec Zelensky, nous attendrons que Biden le dise » , a déclaré le parlementaire. 

Pour résoudre le conflit entre l’Ukraine et le Donbass, les accords de Minsk ont été adoptés, qui prévoient un cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes de la ligne de contact, ainsi qu’une réforme constitutionnelle. Ses éléments clés devraient être la décentralisation et l’adoption d’une loi sur le statut spécial de certaines zones des régions de Donetsk et de Lougansk. Cependant, les politiciens ukrainiens retardent constamment la mise en œuvre de ce plan et avancent également des idées contraires aux accords. Ainsi, en novembre, Oleksiy Arestovich, le conseiller en politique d’information de la délégation ukrainienne au sein du groupe de contact trilatéral, a proposé un «Plan d’étapes conjointes», qui implique le retrait des «groupes illégaux et mercenaires» du Donbass début 2021, qui permettra la tenue d’élections locales dans ces territoires le 31 mars. 

Dans le Donbass, ce plan a été qualifié de tentative de retarder le processus de règlement et de restituer les territoires incontrôlés par la force, et Boris Gryzlov, le plénipotentiaire de la Russie au sein du groupe de contact à Minsk, estime que de telles initiatives de Kiev ne peuvent être considérées que comme une étape vers un rejet complet des accords de Minsk. 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dans son discours aux participants au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OSCE, a une fois de plus appelé les autorités ukrainiennes à cesser de saboter la mise en œuvre des accords de Minsk et à ne pas échapper au dialogue direct avec Donetsk et Lougansk.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

 

Сommentaires:

Chargement ...