La police a arrêté un manifestant qui leur avait jeté de la neige à Krasnoïarsk

La police a arrêté un suspect dans l’attaque contre un policier lors d’un rassemblement non coordonné à Krasnoïarsk, a déclaré Vladimir Yurchenko, chef du service de presse du siège du ministère régional de l’Intérieur. 

La police a arrêté un manifestant qui leur avait jeté de la neige à Krasnoïarsk

Une marche non coordonnée a eu lieu samedi à Krasnoïarsk. Les manifestants étaient accompagnés de la police et de la garde nationale. La police a arrêté une dizaine de personnes. Certains des participants ont lancé des bombes fumigènes. 

«La police a arrêté un habitant du centre régional, qui est accusé d’avoir attaqué un policier qui protégeait la loi et l’ordre sur le site d’un événement public non autorisé. L’homme est soupçonné d’avoir délibérément lancé d’énormes morceaux de neige et une bouteille sur le des policiers. un traumatisme crânien. La gravité des dommages causés à sa santé est en cours d’établissement » , a déclaré Yurchenko. 

Selon lui, l’identité de l’agresseur a été établie. Il s’agit d’un résident de Krasnoïarsk âgé de 23 ans, précédemment reconnu coupable de crimes contre les biens. Un contrôle pré-enquête est en cours contre lui. Les documents collectés seront transférés aux autorités chargées de l’enquête pour une décision de procédure. 

Des actions de protestation non coordonnées ont eu lieu samedi dans différentes villes de Russie. Les partisans d’Alexei Navalny ont exhorté les gens à sortir vers eux. Le ministère russe de l’intérieur et le bureau du procureur général ont mis en garde à plusieurs reprises contre la responsabilité des organisateurs et des participants ordinaires dans des actions non coordonnées. Dans le même temps, le bureau du procureur général a exigé de bloquer les appels diffusés sur Internet pour venir à de tels événements, ce qui est en soi interdit par la loi. Selon l’attaché de presse du président, Dmitri Peskov, « certains provocateurs » appellent à l’action, dont les actions « sont bien comprises par nous ». 

Une attention particulière a été accordée aux écoliers – il a été demandé aux parents de les protéger des actions, et aux étudiants: le Kremlin a noté que la participation à de tels événements « peut avoir des appréciations très différentes de la direction des établissements d’enseignement ». Yaroslavskaya, le médiateur pour les droits de l’enfant à Moscou, s’est également prononcé catégoriquement contre « l’implication d’enfants dans des jeux politiques » . Selon elle, quand les mecs vieilliront, ils pourront «comprendre l’essence et l’arrière-plan de certains mouvements». 

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments