Kravtchouk a expliqué la position de Kiev sur l’inclusion des États-Unis dans le format normand

Washington pourrait « effectivement influencer » Moscou sur les questions du Donbass s’il se retrouvait dans le « format normand » des négociations, a déclaré le chef de la délégation ukrainienne au Groupe de contact trilatéral (TCG) Leonid Kravtchouk. 

  Kravtchouk a expliqué la position de Kiev sur l'inclusion des États-Unis dans le format normand

« Cela pourrait considérablement renforcer le format et augmenter considérablement l’impact sur les actions de la Fédération de Russie » , a déclaré le politicien sur les ondes de la chaîne de télévision Ukraine 24. 

Aussi, Kravtchouk a admis que la Russie n’accepterait jamais une telle proposition. 

Auparavant, la même idée avait été exprimée par le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, Dmytro Kuleba. Selon lui, la participation des États-Unis au format normand serait « utile et efficace ». 

La dernière réunion des dirigeants des Quatre Normandie : Russie, Ukraine, Allemagne et France – a eu lieu en décembre 2019. Le TCG agit en tant qu’organe de travail pour résoudre les problèmes liés à la mise en œuvre des accords de Minsk. Outre le représentant de l’Ukraine, il y a des délégués de l’OSCE (Heidi Grau) et de la Russie (Boris Gryzlov). 

Les accords de Minsk visant à résoudre la situation dans l’est de l’Ukraine prévoient un cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes de la ligne de contact, ainsi qu’une réforme constitutionnelle dont les éléments clés devraient être la décentralisation et l’adoption d’une loi sur le statut spécial. de certaines zones des régions de Donetsk et de Louhansk. 

Cependant, les politiciens ukrainiens retardent constamment la mise en œuvre de ce plan d’obligations et avancent des idées contraires aux accords. Ainsi, en novembre, Oleksiy Arestovich, le conseiller en politique d’information de la délégation ukrainienne auprès du TCG, a proposé un «plan d’étapes conjointes», qui implique le retrait des «groupes illégaux et mercenaires» du Donbass début 2021, ce qui permettra la tenue d’élections locales dans ces territoires le 31 mars. 

Dans le Donbass, ce plan a été qualifié de tentative de retarder le processus de colonisation et de restituer les territoires incontrôlés par la force, et Boris Gryzlov, plénipotentiaire de la Russie au sein du groupe de contact à Minsk, estime que de telles initiatives de Kiev ne peuvent être considérées que comme un pas vers un rejet complet des accords de Minsk. 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dans son allocution aux participants au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’OSCE, a de nouveau appelé les autorités ukrainiennes à cesser de saboter la mise en œuvre des accords de Minsk et à ne pas échapper au dialogue direct avec Donetsk et Lougansk. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments