Des scientifiques britanniques soupçonnés d’avoir transféré de la technologie militaire à la Chine

Les autorités britanniques enquêtent sur près de 200 scientifiques soupçonnés d’avoir transféré par inadvertance une technologie militaire au gouvernement de la RPC, a rapporté le journal Times, citant une source. 

Des scientifiques britanniques soupçonnés d'avoir transféré de la technologie militaire à la Chine

Selon la publication, les scientifiques sont soupçonnés d’avoir violé des lois strictes sur l’exportation visant à protéger la propriété intellectuelle et de transférer des données de recherche de pointe dans le domaine des technologies militaires avancées vers la Chine, y compris celles liées aux avions, à la conception de missiles et aux cyberarmes. 

Lire aussi : Les États-Unis ont l’intention de revenir au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

De nombreux enquêteurs sous enquête sont soupçonnés d’avoir enfreint la loi par inadvertance à la suite d’accords commerciaux avec des entreprises chinoises. Selon la source, le gouvernement britannique s’apprête à envoyer une notification aux scientifiques travaillant dans plus d’une douzaine d’universités du pays. 

« Dans un proche avenir, nous pourrions voir des dizaines de scientifiques devant les tribunaux … Si au moins 10% (des cas – ndlr) mènent à des poursuites, une vingtaine de scientifiques iront en prison pour avoir aidé les Chinois à créer des super-armes. » ,  dit la source. 

La source a noté que les exportateurs de produits militaires et ceux impliqués dans le transfert de technologie militaire spécifiés dans l’ordonnance de contrôle des exportations de 2008 ont besoin d’une licence pour exporter ou transférer la technologie du Royaume-Uni.

Selon le journal, les contrevenants à cette loi pourraient encourir jusqu’à dix ans de prison. 

Rejoignez News-Front sur Facebook, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations