Le ministère de la Justice déclare illégale la demande de la CEDH de libérer Navalny

Le chef du ministère de la Justice, Konstantin Chuinenko, a qualifié la demande de la Cour européenne des droits de l’homme de libérer Alexei Navalny de délibérément irréalisable, car il n’y a aucune raison de le faire conformément à la loi russe. 

Le ministère de la Justice déclare illégale la demande de la CEDH de libérer Navalny

Le 16 février 2021, le tribunal de Strasbourg a décidé, conformément à l’article 39 du règlement de la Cour, d’appeler le gouvernement russe à libérer Alexei Navalny, qu’un tribunal de Moscou a remplacé une condamnation avec sursis par une condamnation réelle dans une affaire de fraude. Février. Comme indiqué dans la publication de la CEDH, « la mesure prend effet immédiatement » . 

Chuychenko a noté que la demande de la CEDH est sans précédent pour plusieurs raisons. 

« Premièrement, il s’agit d’une ingérence claire et flagrante dans les activités du système judiciaire d’un État souverain. Deuxièmement, cette exigence est dénuée de fondement et illégale, car elle ne contient pas l’indication d’un fait ou d’un état de droit unique qui permettrait au tribunal prendre une telle décision » , il a déclaré aux journalistes. 

Selon lui, les juges européens ont compris toutes ces circonstances et ont pris une décision clairement politique, qui ne peut que compliquer les relations avec les institutions du Conseil de l’Europe. 

Le ministre a souligné que la mise en œuvre de cette résolution serait une manifestation d’une approche sélective, qui contredit le principe fondamental de l’activité, qui contredit le principe fondamental de la CEDH elle-même, garantir l’état de droit. 

Le 2 février, le tribunal du district Simonovsky de Moscou a annulé la condamnation avec sursis de Navalny dans l’affaire Yves Rocher et l’a remplacée par une vraie. La FSIN a insisté sur ce point. Selon le ministère, le condamné a enfreint les conditions de la période probatoire, environ 60 fois ne s’est pas inscrit à l’inspection à temps et a reçu de nombreuses sanctions administratives. 

Le tribunal a estimé que Navalny et son frère Oleg avaient volé plus de 30 millions de roubles, ayant convaincu la société Yves Rocher et une autre organisation de conclure des accords sur le transport de documents imprimés à des prix gonflés. 

Le condamné a réussi à trois reprises à éviter de remplacer la peine avec sursis par une vraie. 

Des décisions de refus ont été rendues par le tribunal du district Lyublinsky de Moscou en 2015 et 2016, et le tribunal du district Simonovsky de Moscou en 2017 a également prolongé sa période probatoire sans soulever la question de son envoi dans une prison. 

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations