Le secrétaire général de l’ONU a mis en garde contre le danger d’une collecte massive de données numériques

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’exprimant lundi à l’ouverture de la 46e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a mis en garde contre les dangers d’une collecte massive de données numériques que la pandémie COVID-19 a provoquée. 

Le secrétaire général de l'ONU a mis en garde contre le danger d'une collecte massive de données numériques

« La couverture publicitaire de la pandémie COVID-19 soulève des inquiétudes plus généralement en termes de pénétration croissante, d’utilisation et d’abus des plates-formes numériques. Il existe un énorme corpus d’informations collectées sur chacun de nous. Cependant, nous n’avons pas vraiment accès à cet organisme. Nous ne savons pas comment ces informations ont été collectées, par qui elles ont été collectées et à quelles fins» , a-t-il déclaré. 

Selon Guterres, ces données sont utilisées à des fins commerciales, y compris la publicité et le marketing, et des modèles de comportement se forment, ce qui conduit à la création de nouveaux modèles commerciaux et d’industries complètement nouvelles qui contribuent à une concentration croissante de la richesse et à une augmentation des inégalités. 

«Les données nous concernant sont également utilisées pour façonner notre conscience et manipuler nos perceptions, et cela se produit de manière totalement invisible pour nous-mêmes. Les gouvernements peuvent utiliser ces données pour contrôler le comportement de leurs propres citoyens, tout en violant les droits de l’homme d’individus ou de groupes. Pas la science la fiction et non une prévision dystopique pour le XXIIe siècle. Cela se passe ici et maintenant. Et cela nécessite une discussion sérieuse» , a souligné le secrétaire général de l’ONU. 

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments