Les États-Unis nient les discussions avec l’Allemagne sur le Nord Stream 2

Des représentants du département d’État américain ont nié avoir négocié avec l’Allemagne pour conclure un accord non officiel supplémentaire qui permettrait l’achèvement du projet Nord Stream 2, rapporte Axios citant des sources.

Les États-Unis nient les discussions avec l'Allemagne sur le Nord Stream 2

Axios fait remarquer qu’au début de la semaine, une réunion d’information a eu lieu aux États-Unis, à laquelle ont participé des représentants du Département d’État et du Congrès. Au cours de la discussion, Molly Montgomery, sous-secrétaire d’État adjointe aux Affaires européennes et eurasiennes, a déclaré que les États-Unis ne discutaient pas avec l’Allemagne d’un accord supplémentaire.

Auparavant, la représentante officielle adjointe du cabinet des ministres de la RFA Ulrike Demmer a déclaré que les autorités de la RFA sont en contact permanent avec leurs collègues américains sur la question du projet Nord Stream 2. Elle a ajouté qu’il s’agissait souvent « d’un échange de vues ».

Des représentants du département d’État ont noté, rapporte Axios, que le mot «échange» ne doit pas être compris comme une négociation.

« L’administration du président américain Joe Biden a fait part à l’Allemagne de ses préoccupations concernant la construction du gazoduc dans le cadre de négociations diplomatiques » , écrit le site.

Selon le journal, la discussion sur la question de Nord Stream 2 était tendue, font valoir périodiquement les parties. Par exemple, un membre du Sénat et un républicain ont demandé aux représentants de l’administration Biden pourquoi des sanctions n’avaient pas encore été introduites contre Nord Stream 2 AG, «l’entreprise propriétaire de Nord Stream 2».

En réponse, les responsables du département d’État ont déclaré qu’il avait fallu beaucoup de temps pour déterminer à qui ou à quoi imposer des sanctions.

Nord Stream 2 envisage la construction de deux chaînes d’un gazoduc d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an de la côte russe à travers la mer Baltique jusqu’en Allemagne. Le projet est activement combattu par les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz naturel liquéfié auprès de l’UE, ainsi que de l’Ukraine et d’un certain nombre de pays européens. En décembre 2019, les États-Unis ont imposé des sanctions sur le gazoduc, à la suite desquelles le Swiss Allseas a été contraint d’arrêter la pose.

La Fédération de Russie a déclaré à plusieurs reprises que ce projet était commercial et bénéfique pour l’Europe. La République fédérale d’Allemagne soutient l’achèvement du gazoduc et rejette les sanctions extraterritoriales unilatérales des États-Unis.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments