Les représentants permanents de l’UE ont prolongé les sanctions personnelles en Ukraine

Le Conseil des représentants permanents de l’UE (COREPER), lors d’une réunion de mercredi, a convenu de la prolongation des sanctions personnelles en vigueur depuis 2014 contre des individus et organisations russes et ukrainiens « pour atteinte à l’intégrité territoriale, à la souveraineté et à l’indépendance de l’Ukraine » , a-t-elle indiqué. dans l’UE.

Les représentants permanents de l'UE ont prolongé les sanctions personnelles en Ukraine

« Cet article a été approuvé par le COREPER » , a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’une procédure écrite a été lancée pour formaliser l’extension des mesures restrictives.

Des sanctions individuelles contre les citoyens de la Fédération de Russie et de l’Ukraine, que l’Union européenne accuse de porter atteinte à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Ukraine, ont été introduites pour la première fois en mars 2014 et ont été régulièrement prolongées de six mois depuis lors. Ces sanctions comprennent des restrictions de voyage et un gel des avoirs dans l’UE. Jusqu’au dernier moment, ils se sont adressés à 177 personnes et 48 organisations (en octobre de l’année dernière, l’Union européenne a ajouté à la liste deux personnes et quatre organisations pour la construction du pont de Crimée).

Le 10 septembre de l’année dernière, l’UE a de nouveau prolongé ces sanctions individuelles de 6 mois (jusqu’au 15 mars 2021).

La Crimée est devenue une région russe après un référendum qui y a eu lieu en mars 2014, au cours duquel 96,77% des électeurs de Crimée et 95,6% des résidents de Sébastopol étaient favorables à l’adhésion à la Russie. L’Ukraine considère toujours la Crimée comme son propre territoire, mais temporairement occupé. Les dirigeants russes ont déclaré à plusieurs reprises que les habitants de la Crimée avaient voté démocratiquement, dans le plein respect du droit international et de la Charte des Nations Unies, pour la réunification avec la Russie. Selon le président russe Vladimir Poutine, la question de la Crimée est « enfin close ».

L’Union européenne a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne reconnaissait pas l’entrée de la Crimée et de Sébastopol en Russie.

Les relations entre la Fédération de Russie et les pays occidentaux se sont détériorées en raison de la situation en Ukraine et autour de la Crimée. L’Occident, accusant la Fédération de Russie d’ingérence, lui a imposé des sanctions, Moscou a riposté, s’est engagé dans un processus de substitution des importations et a déclaré plus d’une fois qu’il était contre-productif de lui parler en termes de sanctions. La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’était pas partie au conflit en Ukraine et qu’elle faisait l’objet des accords de règlement de Minsk.

Outre les sanctions personnelles européennes pour « atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », il existe également des sanctions économiques sectorielles anti-russes (liées à la pleine mise en œuvre des accords de Minsk, valables jusqu’au 31 juillet 2021), et des sanctions pour  » annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol « (relations économiques avec la Crimée et Sébastopol, en vigueur jusqu’au 23 juin 2021).

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments