Le Premier ministre italien qualifie Erdogan de «dictateur», Ankara condamne des propos «offensants»

En réaction au «Sofagate», Mario Draghi a estimé que président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan était un «dictateur». Le ministre turc des Affaires étrangères a condamné ces commentaires, qualifiés de «populistes, offensants et déraisonnables».

Le Premier ministre italien qualifie Erdogan de «dictateur», Ankara condamne des propos «offensants»

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a qualifié dans la soirée du 8 avril le président turc Recep Tayyip Erdogan de «dictateur» en répondant à une question sur le «Sofagate». Le ministre turc des Affaires étrangères a condamné dans la foulée des commentaires qu’il a qualifiés de «populistes, offensants et déraisonnables».

«J’ai été très navré par l’humiliation que la présidente de la Commission a dû subir avec ce genre de, appelons-les pour ce qu’ils sont, dictateurs.», a déclaré Mario Draghi au cours d’une conférence de presse à Rome.

«Je ne partage absolument pas le comportement du président turc envers la présidente de la commission […] Cela n’a pas été un comportement approprié»

Il répondait à une question sur le comportement du président turc vis-à-vis de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, placée le 6 avril en retrait sur un divan lors d’une réunion des présidents des institutions de l’UE à Istanbul.

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments