L’Iran a promis de se venger d’Israël de l’attaque contre une installation nucléaire

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a accusé Israël d’avoir saboté l’installation nucléaire de Natanz, Téhéran a promis de se venger de cela. 

L'Iran a promis de se venger d'Israël de l'attaque contre une installation nucléaire

Selon le diplomate, la partie israélienne montre ainsi qu’elle ne permettra pas à l’Iran d’avancer dans la levée des sanctions. 

Lire aussi : Les pays baltes refusent pour la première fois de l’électricité de Russie

« Les sionistes veulent se venger du peuple iranien en réponse au succès du processus de levée des sanctions, notre réponse atteindra les sionistes eux-mêmes » , a déclaré l’agence de presse IRNA citant Zarifa. 

Le porte-parole du ministère, Said Khatibzade, a qualifié l’attaque « d’acte de terrorisme nucléaire sur le sol iranien ». Il a ajouté que les centrifugeuses endommagées seront remplacées par des centrifugeuses plus avancées. 

L’Organisation iranienne de l’énergie atomique a déclaré le 11 avril qu’il y avait eu un accident dans le réseau de distribution d’électricité de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz. Les centrifugeuses souterraines ont été mises hors tension. Ils peuvent mettre environ un an à se rétablir. 

Selon des sources du New York Times, les services de renseignement israéliens pourraient être impliqués dans l’attaque. Les dommages auraient été causés par une explosion. 

Les responsables israéliens n’ont pas encore commenté l’incident. 

Accord sur le programme nucléaire iranien

 

En 2015, l’Iran s’est mis d’accord avec six pays (Grande-Bretagne, Allemagne, Chine, Russie, États-Unis, France) sur un plan d’action global conjoint, qui implique la levée des restrictions à Téhéran en échange d’un refus d’enrichir de l’uranium à des fins militaires. L’accord n’a duré qu’en mai 2018, lorsque le président américain Donald Trump s’est retiré unilatéralement de l’accord et a rétabli des sanctions sévères. 

Un an plus tard, Téhéran a annoncé une réduction progressive de ses obligations, et à la fin de 2020, les autorités ont adopté une loi qui suggère que la levée des sanctions sera ajoutée dans le sens inverse en intensifiant les activités nucléaires. 

Les scientifiques nucléaires iraniens ont déjà porté l’enrichissement d’uranium au niveau de 20% (l’accord nucléaire implique un enrichissement au niveau de 3,67%), et ont également limité les capacités d’inspection de l’AIEA depuis le 23 février. La loi prévoit également l’utilisation de centrifugeuses plus puissantes, dont certaines ont déjà été lancées. 

Rejoignez News-Front sur FacebookVkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations

Сommentaires:

comments powered by HyperComments