Les autorités chypriotes soupçonnent la délivrance illégale de « passeports dorés »

Le gouvernement chypriote a illégalement accordé la citoyenneté à près de 3,5 mille parents d’investisseurs et de dirigeants de grandes entreprises dans le cadre du programme d’investissement chypriote, qui prévoyait l’octroi de la citoyenneté en échange d’un investissement, selon le rapport intérimaire de la commission d’enquête créé pour étudier la naturalisation à l’exception des investisseurs étrangers et des entrepreneurs du 11 juillet 2007 au 17 août 2020. 

Les autorités chypriotes soupçonnent la délivrance illégale de "passeports dorés"

Le rapport, qui compte plus de 500 pages, contient des données cachées qui ne peuvent pas être rendues publiques en raison d’éventuelles enquêtes pénales, ainsi que pour se conformer à la législation de l’UE sur la protection des données personnelles. 

Un rapport intérimaire est évalué par le procureur général et les juristes du Département pénal pour être transmis à la police pour ouvrir une enquête policière. 

Selon le rapport, 6779 personnes ont reçu des « passeports dorés » en 13 ans. Sous le président Thassos Papadopoulos, cinq personnes ont obtenu la nationalité sous Dimitris Christofias : 228. La grande majorité des passeports, 6546, ont été délivrés sous le règne du gouvernement de Nikos Anastasiadis depuis 2013. 

Sur les 6779 personnes naturalisées, 51,79% (membres de la famille de l’investisseur) ne relevaient pas de la loi et ont donc été naturalisées illégalement, selon les auteurs du rapport. 

Le rapport indique que les lois ne prévoient pas la naturalisation comme une exception pour les conjoints et les enfants d’investisseurs et / ou d’entrepreneurs étrangers, la citoyenneté ne pourrait leur être accordée que dans des cas exceptionnels, en fournissant à l’État le plus haut niveau de services et pour des raisons de intérêt public. «Par conséquent, il n’existait pas de cadre juridique pour la naturalisation exclusive des conjoints et des enfants», indique le rapport. 

Les conjoints et les enfants d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers ne peuvent pas eux-mêmes être considérés comme des investisseurs, toutes les naturalisations de conjoints, d’enfants adultes et d’autres parents d’investisseurs / entrepreneurs qui ont été effectuées uniquement parce qu’ils étaient des parents, sont allées au-delà du cadre légal et ont été effectuées en violation de la loi, il est dit dans le document. 

Le Comité a également considéré comme une violation de délivrer des passeports chypriotes à des personnes naturalisées en tant que dirigeants d’entreprises qui ont investi à Chypre, puisqu’elles ne sont pas elles-mêmes des investisseurs et / ou des entrepreneurs. «Si les gérants s’investissent, par exemple lors de l’achat d’un bien immobilier d’une valeur minimale stipulée par les critères pertinents du Conseil des ministres, leur naturalisation sera considérée comme s’il s’agissait des mêmes investisseurs», notent les auteurs du rapport. 

La valeur gonflée de l’immobilier a également été citée parmi les violations : dans certains cas, les investisseurs ont doublé la valeur de l’immobilier qu’ils ont acheté. 

Le comité a indiqué que la possibilité de révoquer la citoyenneté de 44 investisseurs a été envisagée et que, pour 22 autres investisseurs, elle sera étudiée. 

En ce qui concerne l’application correcte des critères d’attribution de la citoyenneté du Conseil des ministres, une étude des cas d’investisseurs à haut risque (y compris la naturalisation de groupe) a révélé que 57,81% des 417 investisseurs au total ne répondaient pas aux critères établis. 

Pour les investisseurs à faible risque, sur 2 061 cas entre 2007 et 2016, il apparaît que 82,9% répondaient aux critères du Conseil des ministres au moment de l’examen, alors que 17,1% ne le faisaient pas. 

Le rapport examine également le rôle du Conseil des ministres, des ministères de l’intérieur et des finances, du Parlement et du système bancaire dans l’octroi de la citoyenneté. Les deux ministres et le président de Chypre n’ont pas appliqué le principe d’impartialité lors de la prise de décisions au Conseil des ministres sur la naturalisation à titre exceptionnel, cela est indiqué dans les conclusions préliminaires du comité. En particulier, le président Nikos Anastasiadis, l’ancien ministre des Communications et des Travaux publics Marios Dimitriadis et l’ancien ministre de la Défense et actuel sous-procureur général Savvas Angelides ont participé aux réunions du Conseil des ministres pour examiner la naturalisation des investisseurs par leurs cabinets d’avocats affiliés. 

La commission examine également s’il existe un problème d’abus de pouvoir de la part de l’ancien président du Parlement et si l’argent reçu par l’archevêque de Chypre est le résultat du blanchiment d’argent. 

Témoins de l’archevêque et du président 

La commission a entendu 23 témoins, ministres actuels et anciens, députés, président de Chypre Nikos Anastasiades, archevêque Chrysostomos, ex-président du parlement Dimitris Silluris. 

L’archevêque Chrysostomos II de New Justinian et l’ensemble de Chypre ont témoigné devant le comité d’enquête le 26 janvier 2021. Il a confirmé l’envoi en 2015 d’une lettre au ministre de l’Intérieur lui demandant d’approuver les demandes de citoyenneté des trois requérants. Les noms des candidats sont cachés dans le rapport. L’archevêque a déclaré que le « promoteur » avait fait un don à l’archidiocèse. Le montant est également masqué dans le rapport. 

«Il convient de noter la déclaration de Sa Béatitude, qui nous a dit ce qu’il a dit au Président de la République:« Monsieur le Président, vous devez regarder deux choses qui doivent se terminer. L’économie … mais nous devons arrêter de nous voler à tous, à moi-même, à lui et à tout le monde. rapport dit. 

Le président chypriote Nikos Anastasiades a déclaré que les procédures de contrôle pour l’octroi de la citoyenneté évoluaient et se durcissaient progressivement. Concernant sa relation avec l’homme d’affaires saoudien et ses voyages aux Seychelles dans l’avion de l’homme d’affaires, Anastasiadis a déclaré qu’il n’avait jamais été l’avocat de l’homme d’affaires. Le président a ajouté que le premier voyage aux Seychelles avait eu lieu à l’été 2015 à ses propres frais, et non à l’invitation de cette personne, et ce n’était pas un secret. Lors du voyage de 2018, le président a déclaré que c’était gratuit pour lui. « Ce voyage aurait pu être vu comme un cadeau ou une récompense de service. Mais il n’y a pas eu de service et il ne s’est pas senti obligé. C’était une relation amicale », rapporte le témoignage du président chypriote. 

Scandale 

Chypre à partir du 1er novembre a annulé le programme d’investissement chypriote (CIP), selon lequel les étrangers pouvaient obtenir la citoyenneté du pays en échange d’un investissement. Le programme est en vigueur depuis 2013, a apporté environ 8 milliards d’euros d’investissements, les autorités ont délivré environ 4 mille «passeports d’or» à ceux qui ont investi 2,5 millions de dollars dans l’économie. 

Les États-Unis et l’Union européenne ont constamment critiqué Chypre pour la vente de passeports. En 2018, dans un rapport du gouvernement américain soumis au Congrès, Chypre a été nommée l’un des pays qui blanchissent de l’argent de capitaux russes suspects dans le cadre de la délivrance de leurs passeports nationaux. 

Les responsables chypriotes ont été contraints de resserrer le système financier et, en décembre 2018, Chypre a intensifié la diligence raisonnable concernant les candidats et a embauché trois cabinets d’audit spécialisés pour surveiller les investisseurs. En 2019, de nouvelles règles ont été adoptées pour protéger le prestige de Chypre et, en novembre 2019, le Conseil des ministres chypriote a décidé d’entamer le processus de refus des passeports de 26 citoyens exceptionnels. Ensuite, il y avait environ neuf Russes, huit Cambodgiens, cinq Chinois, deux Kenyans, un Iranien et un Malais. 

Le Conseil des ministres a décidé d’annuler l’émission au lendemain de la diffusion du film d’enquête par la chaîne de télévision Al-Jazeera sur l’implication de représentants des autorités chypriotes dans les projets de vente de passeports aux criminels. L’enquête a provoqué un scandale. Selon des experts locaux, « Al-Jazeera » a fait tomber tout le système politique de Chypre, l’a conduit à l’effondrement. 

En particulier, parmi les politiciens filmés avec une caméra cachée figurent le président du Parlement Dimitris Silluris, qui a promis à l ‘«investisseur» avec un passé criminel un soutien total «à tous les niveaux», et le député Christakis Dziovannis, connu à Chypre sous le nom de Giovani, qui est l’un des plus grands développeurs du pays. Après le scandale, Silluris et Dziovannis ont démissionné. 

Les cinéastes ont déclaré avoir « d’autres matériels audiovisuels » qu’ils n’ont pas inclus dans le documentaire publié. 

Rejoignez News-Front sur GAB, Vkontakte, et Telegram pour découvrir le meilleur de nos informations